Fillon et Mélenchon font désormais jeu égal — Sondage

09 Avril, 2017, 02:33 | Auteur: Lynn Cook
  • Du débat à la cacophonie

Voici les principaux enseignements de la semaine allant du 3 au 7 avril.

Dans l'hypothèse d'un second tour Macron-Le Pen, l'ancien ministre de l'Economie l'emporterait avec 59% des voix.

En troisième position, le score de François Fillon connaît une inflexion légèrement positive.

A 16 jours du premier tour, la dixième élection présidentielle de la Ve République reste la plus incertaine, avec une réduction des écarts dans les intentions de vote en faveur des candidats du carré de tête, dont est absent le socialiste Benoît Hamon. Toutefois, il ne capte que 60% des électeurs de 2012 de Nicolas Sarkozy.

Emmanuel Macron demeure le candidat "le plus souvent choisi par défaut", note BVA.

Comparé régulièrement par les partisans de François Fillon à celui qui l'a nommé Secrétaire général adjoint de l'Elysée, Emmanuel Macron a lâché que les derniers quinquennats avaient été marqués, selon lui, par une "trop grande proximité avec les journalistes". Au cours du débat sur BFMTV, le candidat de la France Insoumise a confirmé la bonne impression produite au cours du premier débat. Ceux-ci portent leurs suffrages en priorité sur Emmanuel Macron (50%) et, dans une moindre mesure, sur Jean-Luc Mélenchon (18%). 17% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intention de vote au 1er tour. Le socle électoral d' Emmanuel Macron continue de se renforcer: désormais 60% (+5 points) de ses électeurs se déclarent certains de voter pour lui. Les électeurs de gauche semblent avoir fait leur choix. La dirigeante du FN a donc aussi perdu un point par rapport à la semaine dernière.

La Syrie s'invite au premier sommet Trump-Xi
Dans un entretien publié dimanche, le 45e président des Etats-Unis a laissé planer la menace d'une intervention militaire. Selon des sources diplomatiques dans la capitale chinoise, M.


" La suppression de la TH est une proposition qui ne tient pas car elle consiste à transférer à l'Etat une dépense de dix milliards d'euros qu'Emmanuel Macron est incapable de justifier, il n'explique pas comment il va financer ces dix milliards." a répondu François Fillon.

Si Jean-Luc Mélenchon voit la vie en rose, Benoît Hamon, lui, broie du noir.

Décidément, les Français jouent avec les nerfs des candidats.

La salle où Marine Le Pen devait donner un meeting samedi dans l'île française de Corse, en Méditerranée, a été évacuée après l'exclusion de manifestants qui s'est soldée par des échanges de coups et l'usage de gaz lacrymogène.

Le candidat d'En Marche! est confronté à une baisse de 2 points en une semaine.

Recommande: