"Une qualification méritée" — Jardim

29 Mars, 2017, 01:26 | Auteur: Ruben Ruiz

Mercredi soir, ce scénario cauchemardesque a pourtant semblé se répéter.

Q: Pep Guardiola a dit que l'attaque de Monaco est la meilleure du monde. A l'aller, les Monégasques sont ainsi passés de l'euphorie, menant 3-2 à la 60e minute de jeu, à la déception en encaissant trois buts dans la dernière demi-heure (défaite 5-3).

Voilà qui apparaît d'autant plus impressionnant en se penchant sur la moyenne d'âge de l'équipe qui a sorti les Citizens. "Mais on a marqué trois buts, comme en Angleterre", s'est-il félicité. Deux ne suffiront pas. Chose qu'on n'a pas faite, on a trop joué avec le résultat. Le 11 janvier, Leroy pointait le bout de son nez. Malgré tout, nous voulons gagner ce match mais nous ne voulons surtout pas spéculer sur comment pourrait se dérouler le match. Barcelone S'il y a bien un enseignement à tirer de l'élimination parisienne ou de la qualification catalane (selon l'angle d'analyse adopté), c'est que rien n'est impossible en football. Jardim espère réécrire la même histoire. On retrouvait Subasic dans les buts, une défense à 4 avec Sidibé, Mendy sur les côtés, Jamerson et Raggi dans l'axe pour remplacer Glik suspendu.

Contrairement à City, qui fait de cette compétition un objectif prioritaire, Monaco aborde sereinement cette rencontre. Avec une certaine spontanéité rafraîchissante. On a su mettre les buts qu'il fallait à l'extérieur et on a su être solide à domicile. Une force de caractère à laquelle on peut ajouter une solidité retrouvée sur les coups de pied arrêtés, le péché mignon des Monégasques à l'aller, à Manchester. Cette semaine, on n'a pas pris de risque.

"Ils marquent des buts de plein de manières différentes". OK, l'arbitrage était largement discutable, mais quoi qu'il en soit, le match du PSG était chaotique.il restait encore un club français qui pouvait encore continuer de rêver en Ligue des Champions. Il avait déjà marqué au match aller. À la pointe de l'attaque, Germain et Mbappé sont alignés. Silva, Lemar, Fabinho et Mendy avaient confirmé, Falcao ressuscité.

Le vice-président Vadim Vasilyev était donc satisfait de l'image donnée.

La France, qui se prend à croire à nouveau en son championnat, a donc trouvé une (séduisante) raison d'espérer.

Décrocher le titre, plus une ou deux coupes nationales, permettraient de communiquer différemment auprès des supporteurs, des sponsors et des futurs recrues. Monaco serait plus qu'un simple tremplin.

Recommande: