Ziyed Ben Belgacem, un délinquant multirécidiviste de 39 ans — Attaque à Orly

20 Mars, 2017, 02:13 | Auteur: Sandy Vega

" Posez vos armes, je suis là pour mourir par Allah. De toutes façons il va y avoir des morts", a rapporté le procureur au cours d'une conférence de presse.

Pour rappel: C'est vers 8h30 ce samedi (11h30 Heure de La Réunion) que des coups de feu ont été entendus à l'aéroport d'Orly-Sud, à Paris. Elle résiste, une bagarre s'engage. François Molins a évoqué "une sorte de fuite en avant avec un processus de plus en plus destructeur qui va visiblement crescendo (.) avec des intentions qui sont criminelles de façon très objective". A 39 ans, Ziyed Ben Belgacem a été condamné à neuf reprises, notamment pour vols avec violences et trafic de stupéfiants. En 2001, alors qu'il n'a que 22 ans et déjà trois condamnations au compteur, il comparaît devant les assises du Val-de-Marne pour une série de braquages en Ile-de-France, commis avec deux complices entre juin 1997 et janvier 1998. Il avait été libéré en septembre dernier après six mois de détention provisoire dans cette enquête toujours instruite à Paris.

Il était actuellement sous contrôle judiciaire pour un vol à main armé, d'après une autre source proche de l'enquête. Celle du père de l'assaillant a été levée dans la soirée. Retour progressif à la normale à Orly. "Il a été suivi par le bureau du renseignement parce qu'il fréquentait quelques personnes radicalisées, notamment un homme fiché S, d'origine tunisienne comme lui", se souvient un gardien d'Osny. "C'était plutôt un suiveur, pas du tout un soldat comme pouvait l'être Larossi Aballa [l'auteur de l'attaque de deux policiers à Magnanville, ndlr]".

C'est alors qu'il se trouve derrière les barreaux, à la maison d'arrêt d'Osny puis à celle de Liancourt, dans la période 2011-2012 que des signes de radicalisation religieuse sont repérés. "Il garde en revanche le souvenir d'un homme " froid", " distant " qui " ne parlait pas beaucoup ".

Ce signalement lui vaudra néanmoins de faire l'objet d'une perquisition administrative, en novembre 2015, peu après les attentats de Paris. Quatre clés USB et une carte SD seront saisies mais leur exploitation ne donnera rien. "Mon fils n'a jamais été un terroriste". Jamais il n'a fait la prière et il (buvait).

Trois personnes de son entourage sont en garde à vue: son père, son frère et un cousin âgé de 35 ans qui se sont tous trois présentés spontanément à la police. Il avait rencontré l'assaillant la nuit ayant précédé les faits dans un bar de la banlieue parisienne. Lors du contrôle, il tire sur un policier avec un pistolet à grenailles, le blessant à la joue.

Recommande: