Les Etats-Unis reconnaissent avoir bombardé par erreur une mosquée — Syrie

20 Mars, 2017, 00:32 | Auteur: Lynn Cook

Les forces armées américaines ont reconnu jeudi avoir effectué une frappe dans le nord de la Syrie, contre Al-Qaïda, mais nié avoir délibérément visé la mosquée où au moins 42 personnes ont perdu la vie dans la province d'Alep selon une ONG syrienne.

Le Centcom, commandement des forces américaines au Moyen-Orient, a annoncé avoir effectué une frappe aérienne sur un rassemblement d'Al-Qaïda en Syrie, le 16 mars, dans le village d'al-Jineh, à 30 kilomètres à l'ouest d'Alep, et avoir tué "plusieurs terroristes".

"Plus de 100 personnes sont blessées", a ajouté M. Abdel Rahmane, en soulignant que le bilan des morts risquait de s'alourdir, dans cette localité sous contrôle des groupes rebelles. Dans la foulée, le porte-parole du même commandement militaire américain a cependant reconnu que la localisation précise de la frappe n'était pas claire et promet une enquête pour faire toute la clarté.

Selon des images diffusées par des militants antirégime et présentées comme celles du drame, le bâtiment semble entièrement détruit.

Le correspondant de l'AFP sur place a vu des habitants et des Casques blancs, ces secouristes des zones rebelles de Syrie, fouillant les décombres à l'aide de torches et de pelles. C'était juste après la prière, à un moment où en général il y a des cours de religion pour les hommes", a témoigné Abu Muhammed, un habitant, auprès de l'AFP: "Quand je suis arrivé, j'ai vu 15 cadavres, et beaucoup de morceaux de corps, parmi les débris. Un cessez-le-feu parrainé par la Russie, alliée du régime syrien, et la Turquie, soutien des rebelles, est certes entré en vigueur en décembre 2016, mais les violences ont continué. Le ciel syrien est encombré par les avions du régime syrien, ceux de la Russie, ceux de la Turquie et ceux de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

D'après l'ONG, "il s'agit de déplacés de la région d'Al-Bab", ex-fief du groupe jihadiste État islamique (ÉI) capturé fin février par les forces turques et leurs alliés rebelles. Mais elle a toujours démenti les accusations selon lesquelles ses raids ont tué des civils.

La guerre qui ravage la Syrie est entrée dans sa septième année.

Recommande: