Otan, commerce, immigration... Les différents sujets abordés par Trump et Merkel

18 Mars, 2017, 01:32 | Auteur: Lynn Cook

"Nos pays tirent avantage à travailler ensemble d'une manière équitable", a précisé Angela Merkel faisant référence aux menaces de rivalité commerciale que le président américain pourrait exacerber en suivant une politique protectionniste.

Appelant de ses voeux une reprise des négociations, lancées en 2013, sur l'accord de libre-échange transatlantique TTIP, elle a souligné combien il pouvait être bénéfique aux Etats-Unis comme à l'UE.

La commission du Renseignement de la Chambre des représentants n'a trouvé aucune preuve de la mise sur écoute de Donald Trump. "Tout ce que nous avons fait a été de citer un esprit juridique très talentueux qui a été responsable de tenir ces propos à la télévision", a déclaré M. Trump, lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel à la Maison Blanche. Donald Trump entend en effet maintenir le déficit budgétaire à un niveau constant.

"L'Amérique d'abord". Au-delà du slogan de campagne quelles seront les priorités de l'administration Trump?

En écho également aux inquiétudes de caciques militaires et diplomates américains, un conseiller à la sécurité nationale de l'ex-président George W. Bush, Stephen Hadley, a rappelé dans le New York Times que Washington avait "appris en Irak et en Afghanistan que nos armées ont besoin d'un partenaire civil efficace si l'on veut que nos victoires sur les champs de bataille se transforment en paix durable".

La dirigeante allemande a pour sa part assuré que "l'Allemagne devait augmenter ses dépenses" dans l'Otan. Beaucoup de critiques ont suivi sa publication, même dans les rangs des Républicains, son propre camp. "Nous nous engageons aujourd'hui à cet objectif de 2% (du produit intérieur brut, NDLR) jusqu'en 2024", a-t-elle déclaré. Mais aussitôt insisté sur l'impérieuse nécessité pour les alliés européens "de payer leur juste part pour la défense".

Le président des États-Unis Donald Trump proposera jeudi, dans son premier budget, une baisse drastique des ressources allouées à l'aide internationale et à la protection de l'environnement pour compenser une hausse spectaculaire de dépenses du Pentagone.

Dans une série de tweets le 4 mars, Donald Trump avait accusé Barack Obama d'avoir mis ses lignes téléphoniques sur écoute avant le scrutin du 8 novembre, qualifiant son prédécesseur de " personne malfaisante (ou malade) ".

Oh man, this made my Friday.

Recommande: