Le tireur "cherchait un ou des élèves en particulier" — Grasse

18 Mars, 2017, 01:14 | Auteur: Sandy Vega

"Le revolver était chez le grand-père" et le fusil chez les parents du suspect, a indiqué une source proche du dossier vendredi. "On est en train de vérifier les emplois du temps, notamment des heures qui ont précédé le passage à l'acte", non seulement de l'auteur des coups de feu, mais aussi du frère d'un de ses amis proches, lui aussi en garde à vue, a-t-on encore ajouté.

Jeudi, la procureure de Grasse Fabienne Atzori avait exclu tout lien "avec une entreprise terroriste" et expliqué que les motivations de l'auteur de la fusillade semblaient "liées aux mauvaises relations qu'il entretiendrait avec d'autres élèves" de l'établissement.

Des armes de poing et des grenades à plâtre ont été découvertes sur le jeune tireur, et un engin explosif artisanal, dont la dangerosité n'a pas été précisée, a été retrouvé dans son sac à dos.

Cette interpellation est la deuxième après celle du suspect, Killian B., un lycéen de 16 ans qui s'est rendu sans opposer de résistance jeudi, et a " commencé à parler " en garde à vue, a expliqué à l'AFP la même source, qui confirme une information de la chaîne BFM-TV.

Les costards "offerts" à François Fillon seront au coeur d'une nouvelle enquête
La société de conseil de François Fillon, 2F, a de son côté travaillé pour la holding de l'homme d'affaires, Fimalac. Un chèque de 13'000 euros aurait été fait le 20 février dernier, au nom de la banque Monte Paschi.


La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem fait en outre part de témoignages selon lesquels le tireur "cherchait un ou des élèves en particulier". Cet ami était quant à lui toujours recherché vendredi en milieu de journée. Sur des comptes Facebook, Twitter et Youtube correspondant à son nom, figurent de nombreuses photos et vidéos morbides, dont des images de la tuerie de Columbine, qui avait fait 15 morts, dont ses deux auteurs, dans un lycée américain en 1999.

Au cours de l'attaque, le tireur a fait quatorze blessés légers: quatre personnes ont été directement touchées par des plombs, tandis que dix autres ont été blessées indirectement. Une dizaine d'autres lycéens ont été choqués ou légèrement blessés en tentant de fuir. Le proviseur a également été applaudi par les élus de la région Paca en séance plénière vendredi matin, à l'initiative du président LR de la région Christian Estrosi. Aux abords du lycée, vendredi, l'émotion était toujours vive, et beaucoup se repassaient le film des évènements. "J'ai eu la peur de ma vie et je n'ai jamais vécu un stress aussi intense", a raconté à une journaliste de l'AFP Chloé, une élève de seconde.

Un ami proche du tireur a été arrêté par la police. Alors que le tireur est toujours en garde à vue, le frère de l'un de ses proches a été interpellé, et une troisième personne est recherchée.

Vendredi, le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé un renforcement des patrouilles de police et de gendarmerie devant les établissements scolaires du département.

Recommande: