Le tacle cinglant de Londres sur le projet d'un nouveau référendum — Ecosse

18 Mars, 2017, 01:08 | Auteur: Sue Barrett
  • Le tacle cinglant de Londres sur le projet d'un nouveau référendum — Ecosse

Non moins difficile sera la tâche de juguler les risques de déchirements intérieurs, annoncés non seulement par la volonté bien affirmée de la première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, de tenir une nouvelle consultation référendaire sur l'indépendance, mais aussi par celle exprimée en Irlande du Nord, où les nationalistes du Sinn Féin, sortis renforcés des législatives tenues début mars, en appellent de leur côté à la tenue d'un référendum d'union " dès que possible " avec la République d'Irlande.

En 2014, les Ecossais avaient voté en faveur du maintien au sein du Royaume-Uni, ce qui avait alors été décrit par certains comme un vote qui n'arrive "qu'une fois par génération". Son annonce est spectaculaire, mais n'est pas plus qu'une annonce, estime toutefois la Süddeutsche.

Un référendum juridiquement contraignant nécessitera tout d'abord l'accord du gouvernement britannique.

Mais Theresa May, qui s'exprimait devant la Chambre des communes, n'a pas précisé le calendrier des futurs épisodes du feuilleton qui agite les capitales européennes depuis la victoire du camp du Brexit au référendum du 23 juin dernier.

Le très eurosceptique tabloïd Daily Mail a dénoncé le cynisme de Nicola Sturgeon, titrant mardi "Bas les pattes de notre Brexit, Nicola".

Ligue des Champions-quarts : Deux gros chocs dont un Juventus-FC Barcelone
Pour finir, les outsiders espagnols du Celta Vigo rencontreront Genk lors des quarts de finale de cette Europa League. Ca sera spécial pour moi, je suis très enthousiaste à l'idée de jouer contre le Real et de retourner à Madrid .


Theresa May devrait activer l'article 50 marquant la rupture avant la fin du mois de mars.

Peu après, les députés ont rejeté un second amendement, lui aussi greffé par les Pairs du royaume, visant à accorder au Parlement le droit à un "vote significatif" sur tout accord définitif négocié entre Londres et ses partenaires européens. Les électeurs écossais devraient alors prendre une décision à l'aveuglette - sans savoir à quoi ressemblera le Brexit.

L'approbation du projet de loi autorisant le déclenchement du Brexit par les deux chambres du Parlement britannique donne désormais toute latitude à Mme May pour lancer le processus officiel de sortie du Royaume-Uni.

La seule explication sensée est que ce référendum n'aura pas lieu, croit la taz.

"Il est important que l'Ecosse puisse décider de son futur (.) avant qu'il ne soit trop tard", a ajouté la Première ministre. Pour Nicola Sturgeon, c'est la carte ultime à jouer. "Une manœuvre légitime mais cynique", conclut le quotidien berlinois...

Recommande: