L'armée syrienne tire sur des avions israéliens

18 Mars, 2017, 00:56 | Auteur: Jonathan Ford

Selon toute vraisemblance et à en croire les experts militaires israéliens, le raid militaire israélien visait des convois ou des entrepôts d'armes à destination du Hezbollah qui combat aux côtés de l'armée syrienne contre les rebelles.

Dans un communiqué relayé par l'agence locale Sana, l'armée syrienne a indiqué que son dispositif de "défense aérienne" avait "abattu", dans la nuit, l'un des avions israéliens ayant mené un raid près de Palmyre. Pour la première fois depuis six ans, Israël a reconnu publiquement être à l'origine de frappes en Syrie.

"Cette attaque éhontée s'inscrit dans les efforts permanents de l'ennemi sioniste pour soutenir les gangs terroristes de Daech (l'Etat islamique) et constitue une tentative désespérée de remonter leur moral qui s'est effondré", a dénoncé l'armée syrienne, se disant déterminée à riposter par "tous les moyens disponibles" à toute nouvelle attaque israélienne sur ses positions.

Adraei a souligné que l'un des missiles a été intercepté par le dôme de fer et s'est écrasé dans une zone au nord de Jérusalem.

En effet, selon un communiqué de l'Armée arabe syrienne, un avion de chasse israélien a été abattu par les systèmes antiaériens syriens car, un escadron d'avions de guerre israéliens a violé l'espace aérien syrien. Habituellement, Israël ne prend pas la responsabilité publique de ses frappes.

Ce sont habituellement des cibles liées au Hezbollah, milice chiite libanaise, qui sont visées par les attaques israéliennes dans le pays. En revanche, les militaires israéliens ont toujours déclaré ouvertement leur intention d'empêcher l'alimentation en armes du Hezbollah. Ces armes risqueraient ensuite de passer vers le plateau du Golan, territoire pris par Israël à la Syrie lors de la guerre arabo-israélienne de 1967, sans intention de le rendre.

La semaine dernière, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré à Moscou le président russe Vladimir Poutine pour discuter du rôle de l'Iran en Syrie.

Recommande: