Renault accablé par un rapport de la répression des fraudes — Moteurs diesel

16 Mars, 2017, 01:08 | Auteur: Aubrey Nash

Isabelle Manevy, juriste à UFC Que Choisir, en charge du dossier de la fraude sur les moteurs diesel Volkswagen et maintenant Renault, conseille les propriétaires de voitures de la marque au losange.

Des dépassements de seuil de 300% à 377%

.

"Ces résultats permettent de soupçonner l'installation d'un dispositif frauduleux qui modifie spécifiquement le fonctionnement du moteur, pour en réduire les émissions de NOx (oxydes d'azote, NDLR) dans des conditions spécifiques du test d'homologation, afin que les émissions respectent les limites réglementaires", conclut la Direction des fraudes dans son procès-verbal. Les gendarmes qui le composent vont reprendre l'enquête depuis le départ. Le document met en lumière des écarts entre les performances au moment de leur homologation en laboratoire et leur utilisation en conditions réelles. Si ce rapport se concentre sur des modèles récents, la DGCCRF, qui se base sur le témoignage d'un ex-salarié, estime que certaines pratiques remontent à 1990. Même les moteurs à essence des Clio en auraient faut usage. " Ce rapport, dont le contenu n'est connu qu'aujourd'hui, a été l'élément déclencheur des perquisitions menées en janvier au siège du constructeur à Boulogne Billancourt dans les Hauts-de-Seine mais aussi dans deux centres de recherche".

Ce dispositif frauduleux rappelle une autre affaire, celle du "dieselgate " chez Volkswagen, qui a éclaté fin 2015.

Pour lire l'article de Libération, cliquez ici. Le constructeur précise, par ailleurs, qu'il "n'entend pas commenter une instruction en cours, procédure confidentielle par nature et à laquelle l'entreprise n'a, à ce stade, pas accès". Neuf cent mille véhicules auraient été commercialisés grâce à ces homologations. Le constructeur a réaffirmé de pas avoir triché et n'utiliser aucun logiciel.

Renault encourt une amende de 3,5 milliards d'euros si ces allégations de fraude -qui concernerait 900 000 véhicules- sont prouvées en cour.

En outre, la trajectoire du titre ne devrait pas pâtir de ses révélations, selon eux, même s'il convient de rappeler que l'action est en souffrance depuis le début de l'année, avec une baisse de 2,25% depuis le 1 janvier quand, à l'inverse, son concurrent Peugeot, caracole en tête du palmarès du CAC 40 sur la période avec une progression de 24,17% sur la période. Sans grande surprise puisqu'une série de tests antipollutions lancée par le ministère de l'Ecologie, l'an dernier mettait en exergue les mauvais résultats de tous constructeurs sur le diesel.

Recommande: