Yoni Palmier, surnommé le "tueur de l'Essonne", jugé en appel

15 Mars, 2017, 00:54 | Auteur: Sandy Vega
  • Premier procès de Yoni Palmier

Condamné en première instance à la prison à perpétuité pour quatre meurtres commis en 2011 et 2012, le "tueur à moto" comparaît en appel à compter de mardi à Paris.

Yoni Palmier, le " tueur de l'Essonne ", a avoué pour la première fois être l'auteur des quatre assassinats commis entre novembre 2011 et février 2012 dont il est accusé, mardi lors de l'ouverture de son procès en appel à Paris.

Dix jours plus tard, Yoni Palmier est arrêté.

© Gaëlle Malet Premier procès de Yoni Palmier à la cour d'assises d'Evry (Essonne). Des témoins auraient vu un motard sur les lieux. C'est peut-être la seule inconnue de ce nouveau procès, tant les charges matérielles, elles, sont accablantes.

LEAD 1-Nouvelles perturbations dans les aéroports de Berlin lundi
La grève du personnel au sol dans les aéroports de Berlin continue ce lundi après une première journée d'action vendredi dernier. L'organisation syndicale "a décidé de prolonger la grève sur les aéroports berlinois".


En avril 2015, devant les jurés, Yoni Palmier, 39 ans aujourd'hui, est resté impénétrable. Yoni Palmier, benjamin d'une fratrie recomposée, est qualifié par ses proches d'enfant-roi, surprotégé par sa mère. Toutefois, il n'avait pas totalement reconnu les faits jusqu'alors, admettant uniquement "une part de responsabilité" mais pas les coups de feu mortels dans l'un des quatre meurtres pour lequel il est jugé, celui d'une femme de 35 ans dont le corps sans vie et criblé de balles avait été retrouvé dans un parking de Juvisy-sur-Orge (Essonne), en novembre 2011.

Les psychiatres ont décrit Yoni Palmier comme un homme "très égocentré", "replié sur lui-même", "au tempérament solitaire" et "dépourvu d'affects". Les victimes n'ont aucun lien entre elles et toutes sont décrites comme des personnes sans histoires.

A chaque fois, on repère une moto Suzuki GSXR bleue et blanche avec laquelle le meurtrier prend la fuite.

Depuis le début de l'enquête, les preuves à son encontre se sont multipliées. "Je répondrai à vos questions dans la mesure du possible", a déclaré l'accusé après le rappel des faits qui lui sont reprochés. C'est en effet dans un box loué par lui qu'a été retrouvée la moto identifiée par les témoins. Enfin, une quatrième victime, Nadjia Lahcene, est exécutée à son tour. L'avocat de la troisième a quant à lui regretté que "la veuve de Marcel Brunetto, décédée l'an dernier, n'ait pas pu entendre ces mots".

Recommande: