Un père accusé de viol écroué — Seine-et-Marne

15 Mars, 2017, 00:58 | Auteur: Sandy Vega
  • Soupçons de viols dans une famille d'accueil de Seine-et-Marne

Le mari d'un couple d'assistants familiaux est en effet soupçonné de " viols " et " d'agressions sexuelles " sur plus d'une dizaine de mineurs dont il a eu la charge. Son épouse, âgée de 57 ans, a été mise en examen pour non-dénonciation de crime et laissée libre sous contrôle judiciaire. Un assistant familial de Seine-et-Marne âgé de 55 ans a été mis en examen la semaine dernière par un juge d'instruction du tribunal de Melun et écroué pour "viols" et "agressions sexuelles" sur mineurs. D'après elle, les enfants n'étaient pas scolarisés sur la commune. Placé en garde à vue le 6 mars, Pascal A. a nié en bloc les faits reprochés. Son épouse, elle, aurait reconnu avoir assisté à des scènes d'attouchements.

Selon une source proche de l'enquête, les enquêteurs de Seine-et-Marne cherchent à corroborer ces signalements anciens avec les éléments dont ils disposent, de son côté, le parquet de Melun n'a pas souhaité communiquer sur l'information judiciaire qu'il a ouverte. "Les premières investigations ont fait apparaître qu'une dizaine d'autres mineurs, accueillis au sein de ce foyer, avaient été la cible des mêmes agissements", a indiqué une source proche de l'enquête au Parisien. "A la fin de l'été 2016, tous les enfants placés dans cette famille ont fait l'objet d'un nouveau placement". Les faits se seraient déroulés sur une période de dix ans, entre 2006 et 2016.

Déplacement de Macron à Las Vegas : le parquet ouvre une enquête
Le ministre de l'Economie actuel qui a remplacé Emmanuel Macron, Michel Sapin, a affirmé officiellement que M. Macron, en faisant valoir que le choix du prestataire "n'incombait aucunement au ministre ou à son cabinet".


Le Parisien, qui précise que le couple a créé l'Association des assistants familiaux du 77 en 2009, affirme aussi qu'au début des années 2010, une première enquête pour des faits du même type avait été ouverte, mais aucune poursuite n'avait été décidée. Mais il est apparu que ce père de deux enfants, aujourd'hui majeurs, était resté en contact, notamment téléphonique, avec plusieurs des victimes l'ayant dédouané. Ainsi que sur les contrôles exercés au sein de cette famille d'accueil. "En 2015, une plainte avait été classée sans suite par le parquet", sans que le Conseil départemental, qui emploie le couple, ne soit informé, a affirmé à l'AFP l'avocate de la collectivité territoriale, Florence Rault.

"Nous travaillons actuellement sur des hypothèses, et les faits ne sont absolument pas vérifiés à ce stade de l'enquête", a confié Béatrice Angelelli, la procureure de la République de Melun, à LCI.

Recommande: