Trump invite le président palestinien à la Maison-Blanche

11 Mars, 2017, 00:38 | Auteur: Lynn Cook
  • Premier entretien Trump-Abbas par téléphone

Abbas "réaffirmera son engagement envers la paix" lors de cette conversation, a dit à l'AFP le porte-parole de la présidence palestinienne Nabil Abou Roudeina.

Une forte relation avec les États-Unis a été la pièce maîtresse de la stratégie palestinienne pour gagner son indépendance ces vingt dernières années. M. Trump semble ambivalent face à la solution des deux États distincts, il songe à déménager l'ambassade américaine à Jérusalem et il a adopté une approche conciliante face aux colonies de peuplement israéliennes dans des territoires revendiqués par les Palestiniens. Le président palestinien s'est engagé auprès de M. Trump à conclure un accord de paix, si Israël est prêt, a indiqué M. Rdeneh.

Le nouveau président républicain a reçu mi-février à la Maison-Blanche le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. La communauté internationale a appelé à différentes occasions à définir les mesures à prendre pour amener les autorités israéliennes à mettre un terme à leur occupation à travers le respect des différentes résolutions onusiennes. C'est ce que l'Autorité palestinienne, basée à Ramallah et soucieuse de ne pas s'aliéner la nouvelle administration, avait préféré retenir des propos de Donald Trump, réitérant sa volonté de travailler avec cette nouvelle équipe.

Selon l'Agence de presse officielle palestinienne WAFA, MM.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley a rencontré mardi pour la première fois l'envoyé palestinien aux Nations unies Riyad Mansour.

Les Palestiniens devraient "rencontrer les Israéliens dans des négociations directes, plutôt que d'attendre de l'ONU des résultats qui ne peuvent être obtenus qu'entre les deux parties", a-t-elle souligné.