Emmanuel Macron vire en tête, devant Marine Le Pen — Sondage

11 Mars, 2017, 00:40 | Auteur: Lynn Cook
  • Emmanuel Macron le 7 mars 2017 aux Mureaux  AFP

François Fillon, de plus en plus fragilisé par les ennuis judiciaires et isolé au sein de son camp, a perdu trois points en une semaine dans les intentions de vote en vue du premier tour de la présidentielle.

Dans le sondage Ifop-Finducial, Marine Le Pen serait également largement battue par Emmanuel Macron, par 60,5% des voix contre 39,5%. Jamais son retard sur Marine Le Pen, inamovible en tête des intentions de vote à 26% (=), n'avait été aussi ténu depuis le début de notre rolling.

Sondage réalisé en ligne, du 2 au 6 mars, auprès d'un échantillon représentatif de 808 personnes représentatives des Français de 18 à 34 ans, avec la méthode des quotas. Le candidat du PS Benoît Hamon est à 14% (-1) et son rival de la "France insoumise", Jean-Luc Mélenchon, à 11% (+1).

Dans ce contexte, la mobilisation des électeurs apparaît comme un facteur crucial. François Fillon reprend-il des couleurs?

Bruno Retailleau, fidèle de l'ancien Premier ministre, coordonnera la campagne avec Christian Jacob, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, selon un communiqué publié jeudi.

L1 - L'OM cartonne Angers et continue de remonter (analyse et notes)
La compo de départ: Pelé - Sakai, Fanni, Rolando, Bedimo - Vainqueur , Lopez, Sanson - Thauvin , Payet , Cabella . Les Olympiens sont bien rentrés dans leur match, le pressing se révélant efficace, dans les premières minutes.


Pointant des "conflits d'intérêts" et autres "trafics d'influence", Marine Le Pen a dénoncé "l'emprise des puissances d'argent, des banques et des multinationales sur différents candidats", accusant au passage François Fillon d'être soumis "au lobby des assureurs".

"Je suis extrêmement inquiète de voir M. Fillon et M. Macron".

Malgré ses appels au rassemblement, le compteur de ses "lâcheurs", tenu par le quotidien Libération, liste 305 noms, un seul élu ayant changé d'avis. Mais 20% des personnes interrogées ne se prononcent pas.

Les remous et feuilletons de l'affaire Fillon, le ralliement de François Bayrou, la haie franchie sans encombre de la présentation d'un programme, les ralliements socialistes en cours et la campagne difficile de Benoît Hamon, profitent cette semaine au leader d' "En marche!".

"Au fil des ans les alternances correspondent de moins en moins à un véritable changement, parallèlement à une exaspération grandissante face à la crise économique", note Jérôme Sainte Marie, politologue chez PollingVox.