UE: la réélection de Donald Tusk empoisonne un sommet à Bruxelles

10 Mars, 2017, 00:31 | Auteur: Jonathan Ford
  • Le gouvernement polonais propose la candidature de Jacek Saryusz Wolski, 68 ans qui siège depuis 2004 au Parlement européen

Sa reconduction sera "un signe de stabilité pour l'ensemble de l'UE", avait fait valoir la chancelière allemande Angela Merkel avant l'élection.

La Pologne, contrariée à la suite de la réélection de Donald Tusk à la tête du Conseil européen, envisage de bloquer les conclusions du sommet qui doivent être adoptées jeudi par les dirigeants des 28 pays de l'UE, indiquent plusieurs sources. Il s'est dit "reconnaissant pour la confiance et l'évaluation positive" de son travail par les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 pays de l'Union européenne.

"Nous ferons tout pour que le vote n'ait pas lieu aujourd'hui", a promis M. Waszczykowski, laissant entendre que la Pologne pourrait s'opposer à la totalité des conclusions du sommet, si la demande de Varsovie n'était pas entendue. "Nous voulons l'unité de l'Europe", avait averti la Première ministre polonaise Beata Szydlo, à son arrivée au Conseil. Sa candidature était pourtant fortement contestée par le gouvernement polonais qui l'accusait "d'avoir lutté contre son propre gouvernement".

Un diplomate d'un pays européen a déploré la "volonté d'exporter un problème interne" de Varsovie, qui ne se prévaut pour l'heure que du soutien de la Hongrie de Viktor Orban. Le Premier ministre belge, Charles Michel, a également félicité M. Tusk sur Twitter.

Ce texte solennel doit montrer que l'UE restera unie après le Brexit. Le PiS, parti ultraconservateur au pouvoir depuis fin 2015, accuse Tusk d'avoir " violé le principe de neutralité face à un État membre de l'UE, la Pologne " en se prononçant sur les affaires de son pays.

Recommande: