COR-L'UE inflige des amendes à des équipementiers automobiles

10 Mars, 2017, 00:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Valeo parmi les six équipementiers sanctionnés par l'Union européenne pour entente

Valeo et cinq autres équipementiers automobiles ont été condamnés à une amende de 155 millions d'euros par la Commission européenne pour entente sur différents accessoires.

La Commission européenne a infligé mercredi des amendes d'un montant total de 155 millions d'euros à l'équipementier automobile allemand Mahle Behr, au japonais Denso et à quatre autres sociétés pour entente dans les systèmes de climatisation et de refroidissement du moteur.

Une affaire qui implique six fournisseurs de composants automobiles dont le français Valeo, l'allemand Behr et les japonais Calsonic, Denso, Panasonic et Sanden. "Ces six groupes ont participé à une ou plusieurs ententes concernant la fourniture de composants de climatisation et de refroidissement du moteur à des constructeurs automobiles" en Europe, a précisé l'exécutif européen, gardien de la concurrence, dans un communiqué. D'après la Commission européenne, les six groupes fournisseurs ont reconnu leur participation au cartel mais tous ne sont pas logés à la même enseigne. Idem pour Panasonic (Japon) pour la révélation d'une entente.

De nouveaux restes humains découverts à Pont-de-Buis — Affaire Troadec
Du sang, en quantité importante et appartenant à trois des quatre membres de la famille, a été trouvé dans toute la maison. Alors que sa mère est hospitalisée en 2010 , Pascal Troadec lui demande la clé de sa maison pour aller chercher l'or.


Cette entente a duré de 2004 à 2009. Elles ont influencé l'approvisionnement des constructeurs Volkswagen, BMW, la marque Daimler Mercedes, Volvo, Suzuki, Nissan, Renault et Jaguar Land Rover. Par ailleurs, Behr, Calsonic, Sanden et Valeo ont bénéficié de réductions d'amende pour avoir coopéré à l'enquête de la Commission.

Valeo, Panasonic et Calsonic figurent également parmi les sociétés incriminées. Toute personne ou entreprise lésée par des pratiques anticoncurrentielles telles que celles décrites en l'espèce peut en effet saisir les juridictions des États membres pour réclamer des dommages et intérêts.

Recommande: