Un "centre de résilience" pour les victimes d'attentat

09 Mars, 2017, 00:42 | Auteur: Lynn Cook
  • Juliette Méadel au micro d'Europe 1 le 7 mars 2017

"L'aide aux victimes, ce n'est pas que l'indemnisation, c'est aussi l'accompagnement psychologique", a-t-elle dit.

Attentat du 13-Novembre, de Nice...

La secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes Juliette Méadel a annoncé ce mercredi matin la création de quatre centres de résilience.

Cette annonce suit la remise du rapport de Françoise Rudetzki, la fondatrice de l'association SOS Attentats qui s'est notamment inspirée des initiatives israéliennes lancées en 2005.

Nike dévoile un hijab sportif
Le concept est à nouveau revenu au premier plan chez Nike après la visite de l'haltérophile émiratie Amna al-Haddad dans les laboratoires de la marque.


"Ce centre national devrait avoir des antennes territoriales". Concrètement, il s'agirait, selon Juliette Méadel, d'un "centre de soins avec des psychologues, des psychiatres, formés au psycho-traumas, des experts et tous les acteurs et associations qui savent dire les mots qui sauvent".

A Lyon, Nice, Paris et Toulon, les quatre villes choisies par l'Etat, ces lieux permettront d'aider les victimes d'attentat ainsi que leurs familles. "Et c'est grave de ne pas aider un enfant qui a vu un attentat parce que les séquelles risquent d'être considérables pour la suite de son existence", a affirmé la secrétaire d'État. "Ce sont des bénévoles qui viennent pour aider les victimes dans l'urgence au moment des attentats mais aussi après et sur le long terme", a-t-elle rapporté.

Juliette Méadel souhaite également créer une réserve volontaire citoyenne, à l'image de ce qui se fait en Israël, où elle s'est rendue il y a quelques jours.

Recommande: