Macron. Enquête sur soupçons de favoritisme

09 Mars, 2017, 00:36 | Auteur: Lynn Cook
  • Le ministre de l'Economie Michel Sapin le 8 mars 2017 à l'Elysée

C'est ce que conseille le rapport, jugeant moins risqué et onéreux et dans l'intérêt de Business France d'accepter le compromis plutôt qu'une renégociation, dispendieuse en frais d'avocat. L'Inspection soupçonnerait en effet qu'il y ait eu du favoritisme concernant le choix de l'organisateur de ce voyage à Las Vegas. Et le journal d'ajouter que, selon l'IGF, "la commande de la prestation Havas est susceptible de relever du délit de favoritisme".

Emmanuel Macron est, à son tour, dans le viseur du palmipède. Une soirée lors de laquelle le ministre a rencontré des entrepreneurs français aurait été organisée sans appel d'offres par l'agence Havas.

Le parquet national financier attend "plus d'informations" pour envisager "les suites éventuelles" a-t-il déclaré à l'AFP alors qu'il a ouvert une enquête en janvier sur les emplois fictifs présumés de membre de la famille du candidat LR François Fillon. L'Inspection générale des finances enquête sur un déplacement d'Emmanuel Macron aux Etats Unis alors ministre de l'Économie.

Coût de la soirée: 381.759 €.

Lors de cette soirée, qui s'était tenue le 6 janvier 2016, en plein Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas aux Etats-Unis, grand-messe mondiale de l'innovation technologique, Emmanuel Macron avait été ovationné par plus de 500 personnalités et dirigeants de start-up français.

Dans sa déclaration, Michel Sapin reconnaît avoir "naturellement missionné l'IGF " lorsqu'il a été "informé de ces dysfonctionnements ". "C'est un dysfonctionnement de Business France". "Il lui appartenait, si elle considérait que les délais étaient trop courts, de dire qu'elle ne pouvait pas organiser l'événement selon les règles, ce qui n'a pas été fait", estime le ministre de l'Economie et des Finances.

"Aussitôt qu'elle en a été informée, la direction générale de Business France a suspendu le règlement des prestations, et fait réaliser un audit par le cabinet Ernst & Young afin d'évaluer la situation et mettre en place des actions correctives", ajoute le communiqué. Entre trois en cinq salariés ou cadres de Business France, voire Business France en tant que personne morale, pourraient être poursuivis pour "favoritisme". L'IGF a ensuite confirmé la transaction et son montant, validés en retour à l'unanimité par le conseil d'administration de Business France. "Dès que nous aurons plus d'éléments, nous envisagerons avec le parquet de Paris les suites éventuelles à donner", indique mercredi après-midi un porte-parole du PNF à l'AFP.

Le candidat d'En Marche a rapidement réagi en marge de son déplacement aux Mureaux (Yvelines) ce mardi, en affirmant que son " ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics. "Mon ministère, lorsque j'étais ministre, a toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics" a assuré la candidat à la présidentielle.

Recommande: