Bartolone a "du mal à (se) reconnaître" dans la campagne Hamon

09 Mars, 2017, 00:33 | Auteur: Jonathan Ford
  • Benoît Hamon en réunion publique à Reims le 4 mars 2017

Delanoë est sorti de sa retraite à Bizerte pour apporter son soutien à Macron, le plus proche de ses convictions "de socialiste, réformiste, Européen, réaliste".

Après des personnalités aussi diverses que Robert Hue, Alain Madelin ou Daniel Cohn-Bendit, Emmanuel Macron se félicite de ce ralliement. Mais dans le même temps, on sent la morsure de l'extrême droite sur la société.

"Il faut tous que nous nous posions la question du vote du premier tour pour éviter la catastrophe du second", explique le socialiste. "Il faut donner le maximum de force au premier tour au candidat qui peut battre Marine Le Pen".

"Dans l'état actuel des choses, j'ai du mal à m'y reconnaître (Ndlr: dans la campagne de Benoît Hamon)". "J'ai de l'amitié pour la personne de Benoît, il le sait", commence-t-il par répondre, avant de se faire plus cinglant. "Je pense que son programme est dangereux car il ne rassemble pas la gauche (.) et qu'il n'est pas en mesure de produire du vrai progrès social", assène l'ancien parlementaire, qui reproche au député des Yvelines un positionnement "à la gauche de la gauche". "Après les résultats de la primaire, j'ai compris que nous étions entrés dans une nouvelle époque et j'ai considéré qu'il était indispensable de laisser la place à celles et ceux qui étaient, d'après moi, mieux à même d'écrire et de représenter ce nouveau temps politique", poursuit le président de l'Assemblée, qui a annoncé qu'il ne se représenterait pas aux élections législatives.

Vainqueur incontesté de la primaire de la gauche, Benoît Hamon n'a toujours pas réussi à réunir son propre camp derrière lui pour cette campagne présidentielle.

Pour les militants socialistes, il s'agit à l'évidence d'un coup très dur: Bertrand Delanoë est une des personnalités de gauche les plus populaires et les plus respectées, depuis de nombreuses années. A contrario, le candidat du PS Benoît Hamon est, selon Anne Hidalgo, "le seul à porter une vision d'avenir".

Recommande: