Un conseiller de Macron rémunéré par le laboratoire Servier démissionne — Conflit d'intérêt

08 Mars, 2017, 01:24 | Auteur: Jonathan Ford
  • Soupçonné de conflit d'intérêts, un membre de l'équipe de campagne de Macron démissionne

Jean-Jacques Mourad dit avoir participé à ses propositions sur le remboursement à 100% des lunettes et prothèses dentaires et auditives, le service sanitaire, le médicament à l'unité et le rétablissement de la prise en charge à 100% des formes sévères de l'hypertension artérielle. "C'est une vraie ruche, on est quarante à cinquante à collaborer rien que pour la partie santé", se défend Olivier Véran, porte-parole officiel du candidat sur ce thème, qui assure le cardiologue "n'a pas une influence particulière" dans la structure santé.

Emmanuel Macron a confirmé mardi la démission d'un membre de son équipe de campagne, Jean-Jacques Mourad, pour une "apparence de conflit d'intérêt" avec le laboratoire pharmaceutique Servier. Il est soupçonné de conflit d'intérêts avec le laboratoire Servier, pour lequel il aurait pratiqué entre janvier 2013 et juin 2016 plus de 66 interventions payées, accompagnées de plus de 80.000 euros de frais de restaurant et de transports.

A la base de la polémique naissante, un tweet du Formindep, association pour une information médicale indépendante, qui révélait les accointances du médecin avec l'industrie pharmaceutique alors que ce dernier s'exprimait au nom d'Emmanuel Macron aux rencontres de l'officine, le 4 mars à Paris. Suffisamment embarrassant pour que Mourad démissionne deux jours plus tard. Son frère Bernard Mourad, ancien président d'Altice Media Group, le groupe de médias de Patrick Drahi, bénéficie en outre d'une place de choix auprès de l'ancien locataire de Bercy, qu'il a rejoint en octobre 2016 en tant que conseiller spécial.

"Je reconnais ne pas avoir fait état de mes liens avec le laboratoire Servier, ni au moment d'intégrer ce groupe ni au cours de nos travaux", écrit Jean-Jacques Mourad dans un communiqué publié ce mardi. Pourtant, un article du Figaro contredit cette version. C'est eux qui décident de donner de l'ampleur ou pas à une affaire, mais craignant qu'internet ne les humilie, ils ne pouvaient étouffer ce nouveau scandale qui entoure la candidature d'un Macron de plus en plus opaque. Un créneau qui est la spécialité de Jean-Jacques Mourad, mais aussi un domaine de prédilection des laboratoires Servier.

Emmanuel Macron a réagi à l'annonce de sa démission.

Recommande: