Présidentielle: Hamon a un "programme de gauche radicalisée", juge Le Guen

03 Mars, 2017, 01:38 | Auteur: Jonathan Ford
  • Les élus de l'aile droite du PS veulent être davantage associés à la campagne de Benoît Hamon. Ici le candidat PS avec Yannick Jadot à Paris le 27 février 2017

La stratégie actuelle, a-t-il martelé, mène le candidat dans "l'impasse " et l'exclura du second tour de la présidentielle.

Cet accord entre Benoît Hamon et Yannick Jadot, qui permet le ralliement de l'écologiste derrière le candidat socialiste, est d'ailleurs qualifié de "surprenant" par Jean-Luc Bennahmias, qui rappelle: "nous, on n'a rien validé".

Jean-Marie Le Guen compte-t-il lui aussi se mettre "En Marche" pour la présidentielle?

Inflation estimée à +2% en février — Zone euro
La tâche de la BCE est rendue particulièrement difficile par les évolutions encore contrastées entre les 19 pays de la zone euro. Toutefois, l'inflation sous-jacente, c'est-à-dire hors alimentation et énergie, ressort en légère hausse à 1,3%.


Les grandes manœuvres se poursuivent au PS. L'aile droite du parti a lancé mardi matin une offensive contre le candidat désigné par la primaire de la gauche, Benoît Hamon, qui leur a répliqué. L'objectif était une candidature unique.

Julien Bayou, porte-parole du parti, a lui salué " la clarification qui s'opère ", ironisant sur la sortie de Jean-Marie Le Guen qui, " quand il critique une gauche radicale ", décerne " une petite médaille qui donne envie de faire campagne pour faire triompher ce projet ". Il est le candidat d'un parti de gouvernement. Son programme est en " rupture avec sa famille politique (.) C'est une impasse stratégique ", a déploré sur RTL ce proche de Manuel Valls et fondateur du Pôle des Réformateurs avec Gérard Collomb, soutien d'Emmanuel Macron. A leur demande, disent-ils, Manuel Valls va donc réunir ses proches en fin de journée ce mardi. Ce dernier accuse Benoît Hamon d'avoir "rompu avec la ligne réformiste du PS" au profit d' "un programme écolo-gauchiste qui tourne le dos non seulement à ce que nous avons fait depuis trois ans, mais aussi au discours de Montebourg sur la gauche industrielle et la gauche du travail". L'ex-Premier ministre a eu "beaucoup" de messages sur le mode "ça serait bien que tu nous réunisses tous pour faire un point sur la situation politique, parce qu'il y a de l'inquiétude du fait de la tournure que prend la campagne de Benoît Hamon", selon Philippe Doucet.

Le conseiller régional d'Île-de-France et membre de l'équipe de campagne de Benoît Hamon était l'invité de Territoires d'Infos, la matinale de Public Sénat et Sud Radio, présentée par Cyril Viguier, avec la presse quotidienne régionale. Malgré des sondages qui créditent le candidat PS de la 4e place, avec entre 12 et 15% des intentions de vote, François Kalfon a quand même voulu y voir des signes positifs: "Si vous regardez, dans le contexte d'un quinquennat qui a déstructuré la vie politique et en particulier la gauche, cette gauche frondeuse, au sens large, est à plus de 25%".

Recommande: