Le chef des Renseignements militaires de Homs tué dans les attentats (TV d'Etat) — Syrie

27 Février, 2017, 00:33 | Auteur: Lynn Cook

Samedi, le ministère syrien des Affaires étrangères a exhorté le Conseil de sécurité de l'ONU à condamner les attentats suicides perpétrés dans la province de Homs, au centre du pays, qui ont coûté la vie à quarante-deux personnes, a rapporté SANA, l'agence de presse officielle syrienne. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) fait état d'au moins 42 morts parmi les membres des services de renseignements.

Parmi les morts figure un officier supérieur, précise l'OSDH.

Parallèlement, la télévision d'État a indiqué que le front al-Nosra, affilié à al-Qaïda, avait revendiqué la série d'attentats meurtriers perpétrés à Homs.

"Ces attaques sont les plus audacieuses perpétrées à Homs", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

"D'après ce que nous savons jusqu'à présent, deux kamikazes se sont fait exploser dans la ville de Homs". La télévision d'État a également évoqué des "heurts" durant les attentats.

Les branches des services de la Sûreté de l'Etat et des Renseignements militaires se situent respectivement dans les quartiers sécurisés de Ghouta et de Mahatta.

L'armée syrienne avait promis des représailles après les attentats de Homs.

La guerre en Syrie, qui a commencé après la répression sanglante de manifestations prodémocratie en mars 2011, a fait plus de 310.000 morts et provoqué le déplacement de millions de personnes.

Recommande: