Emmanuel Macron accepte l'alliance proposée par François Bayrou — Présidentielle française

25 Février, 2017, 00:29 | Auteur: Aubrey Nash
  • Crédit AFP- By JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

Pour cette raison, Michèle Cédrin appelle à voter François Fillon, le candidat Les Républicains. Elle a ensuite reculé pour revenir à son niveau de la semaine précédente. Le ralliement de Yannick Jadot, encore comptabilisé comme candidat dans le dernier pointage, ne semble pas en mesure de lui permettre de rivaliser.

Toujours dans ces sondages et toujours de manière contradictoire, Marine Le Pen gagne un point et demi à deux points dans celui d'Elabe (à 27% et 28%), perd un point dans celui d'Opinionway (à 26%) et est stable dans celui de l'Ifop (26%)...

Pour lui, la solution pour faire face au Front national mais aussi à l'abstention et au "désespoir" c'est le "rassemblement le plus large possible". "Bayrou se dit qu'il n'a pas d'espace politique et qu'il ne peut pas se présenter lui-même et donc il rejoint Macron, peut-être parce qu'un certain nombre de gens qui supportaient Bayrou étaient déjà chez Macron". Pas suffisant cependant pour atteindre le second tour. Ils ont voulu y croire, ils y ont cru, et voilà que c'est le triple candidat à la présidentielle François Bayrou qui vient leur opposer un démenti spectaculaire.

"La confrontation de cette vision et des idées, l'influence de l'une sur l'autre, la conviction des uns partagée avec la conviction des autres, apportera à la campagne électorale, et beaucoup aussi à l'aventure humaine qu'une telle campagne suppose et représente", a-t-il plaidé.

Emmanuel Macron a été le premier à s'exprimer. Emmanuel Macron limite l'effort à 60 milliards sur quatre ans, alors qu'il avait vendu une réduction de 50 milliards en trois ans à François Hollande. Il prend un peu plus à Emmanuel Macron qui n'a pas de réserves à l'infini. A l'inverse, Benoît Hamon perd 15 points dans ce même électorat. Mais surtout, la percée d'Emmanuel Macron, engagé dans une démarche similaire à la sienne, le privait de son oxygène politique.

Un "remède d'eau tiède" pour le camp Fillon, "en marche vers le passé thatchérien" pour le Parti de gauche et de quoi susciter "une forme de consternation" chez le candidat socialiste Benoît Hamon.

L'annonce de l'alliance entre François Bayrou et Emmanuel Macron a également mobilisé sur les réseaux sociaux. Après les difficultés de sa campagne sur la sécurité sociale puis l'affaire Pénélope Fillon, il a chuté autour des 20%.

Recommande: