Affaire d'emploi fictif: perquisition en cours au siège du FN

21 Février, 2017, 00:20 | Auteur: Lynn Cook
  • Affaire des assistants parlementaires du FN: le garde du corps et la cheffe de cabinet de Marine Le Pen en garde à vue

"Florian Philippot a réagi sur BFMTV à la perquisition ce lundi au siège du Front national dans l'affaire des assistants parlementaires".

Comme pour François Fillon avec le Penelopegate, l'enquête sur les assistants parlementaires du FN fait figure pour l'heure de sparadrap dont Marine Le Pen ne parvient pas à se défaire dans sa campagne présidentielle. "C'est une perquisition médiatique à deux mois d'une élection présidentielle sur une affaire qui est aussi vide que l'espace, c'est le néant, le vide total", a estimé le vice-président du FN.

A cette époque, les soupçons portaient sur les conditions dans lesquelles étaient employés et payés 20 assistants d'élus frontistes au Parlement européen car leurs noms apparaissaient aussi sur l'organigramme du parti en France. Selon l'Office européen de lutte antifraude (Olaf), il aurait été salarié en tant qu'assistant parlementaire d'octobre à décembre 2011.

Cette perquisition s'inscrit surtout dans le cadre de l'information judiciaire - pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux, et travail dissimulé - ouverte en décembre dernier par le parquet de Paris, qui enquête sur ce dossier depuis mars 2015. Cet organisme avait été saisi en janvier 2014 sur dénonciation anonyme. Le procès n'a pas encore eu lieu. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: