TF1: bénéfice net du groupe divisé par deux en 2016

18 Février, 2017, 01:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • TF1 voit ses résultat baisser en 2016 mais dévoile des objectifs ambitieux pour 2019 | Crédits

Le groupe dirigé depuis mars 2016 par Gilles Pélisson, successeur de Nonce Paolini, a fait état d'une chute de 58% de son bénéfice net, part du groupe, à 41,7 millions d'euros, en dépit d'une petite progression (+2,9%) des ventes à 2,062 milliards d'euros.

Maintenant sa position de leader, TF1 truste toujours 90 des 100 meilleures audiences enregistrées l'an dernier avec le coup de pouce des matches de l'Euro de football. Mais la part d'audience de la chaîne star du groupe a continué de s'effriter en 2016, perdant 1 point à 20,4%, confirmant un déclin persistant depuis 1991.

Le chiffre d'affaires du groupe est ressorti en hausse de 2,9%, à 2,06 milliards d'euros, grâce aux "autres activités" dont le chiffre d'affaires a augmenté de 18,3% à 532,6 millions d'euros, tandis que les recettes publicitaires du groupe TF1 reculaient de 1,6% à 1,53 milliard d'euros.

En compensation, le groupe a vu s'accroître l'audience de son pôle TNT (TMC, HD1, NT1 et LCI) grâce à son nouveau directeur des contenus Ara Aprikian qui a recruté notamment l'animateur à succès Yann Barthès sur TMC. Clairement, le groupe veut améliorer sa rentabilité de la TV linéaire (programmé regardé directement sur son téléviseur), mais aussi du digital. Mais, sur le seul quatrième trimestre, traditionnellement plus favorable dans ce secteur, il s'est redressé à 13%.

"Le quatrième trimestre nous donne confiance dans la capacité à remplir les objectifs annoncés", a souligné le responsable.

A moyen terme, le groupe envisage aussi "une croissance des activités hors publicité des cinq chaînes gratuites qui devraient représenter au moins un tiers du chiffre d'affaires consolidé en 2019".

A 10H12 (09H12 GMT), le titre gagnait 6,69%, à 10,69 euros, dans un marché en baisse de 0,30%.

"Pour 2017, le groupe se fixe pour objectifs une maîtrise de ses coûts de programmation, la réalisation de 25 à 30 millions d'économies récurrentes, le maintien de sa part de marché publicitaire et la prise "(d') initiatives en distribution pour valoriser (ses) services en France comme à l'international".

Recommande: