Six journalistes arrêtés pour incitation à la révolte — Côte d'Ivoire

14 Février, 2017, 01:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Après avoir été entendus à la Brigade de recherches au Plateau hier: Le Dp du Groupe Olympe et le Red-chef de l'Inter transférés au Camp d'Agban

Six journalistes ivoiriens ont été interpellés ce dimanche à Abidjan, la capitale économique de Côte d'Ivoire, et conduits au camp de gendarmerie d'Agban pour être interroger. Suite aux négociations avec la hiérarchie militaire, ils ont mis fin à leur mouvement de revendication le jeudi 9 février. Il s'agit de Bamba Franck Mamadou, directeur du quotidien Notre Voie, Yacouba Gbané directeur de publication du quotidien Le Temps et son journaliste Ferdinand Bailly, Vamara Coulibaly et Hamadou Ziao respectivement directeur de publication, rédacteur en chef de Soir Info et un correspondant de l'organe de presse ont tous été arrêtés. Ceux- ci auraient affirmé dans leurs publications que les mutins ont eu gain de cause, notamment le payement de leurs primes revendiquées.

" Relativement aux récents mouvements d'humeur des militaires (...) il nous est donné de constater que certains organes de presse divulguent de fausses informations de nature à inciter les soldats à la révolte", a déclaré dans son communiqué le procureur de la République lu à la télévision nationale ivoirienne, la RTI1.

"Ces agissements tombent sous le coup de la loi qui réprime l'incitation des militaires à l'insoumission et à la rébellion, les atteintes à l'autorité de l'État et la publication d'informations fausses se rapportant au secret de la défense et de la sûreté de l'État ", poursuit le texte.

Si cette information est fausse, alors qu'est-ce qui a bien été concédé aux mutins des forces spéciales qui avaient manifesté leur détermination à atteindre leur objectif?

Le Procureur de la République a aussi précisé que l'audition des journalistes "interpellés va se poursuivre afin de situer les responsabilités ".

Début janvier, la Côte d'Ivoire avait été secouée par une mutinerie d'anciens rebelles intégrés dans l'armée, qui avaient paralysé plusieurs villes pour réclamer le paiement de primes.

Les Forces spéciales sont une unité d'élite de l'armée directement impliquées dans la sécurité proche du président ivoirien Alassane Ouattara.

Recommande: