La Corée du Nord tire un missile balistique en mer du Japon

13 Février, 2017, 00:32 | Auteur: Lynn Cook

Ce lancement de missile a eu lieu alors que se tient en même temps aux Etats-Unis un sommet entre le président américain et le Premier ministre japonais Shinzo Abe. La Corée de Nord "doit s'en tenir au conseil de sécurité de l'ONU", a ajouté M. Abe.

Alors qu'une agence de presse sud-coréenne évoquait ce dimanche la possibilité qu'il s'agisse d'un missile de portée intermédiaire Musudan, un responsable militaire a exclu cette possibilité, décrivant l'engin comme une version améliorée du Rodong de courte portée. L'engin s'est élevé à une altitude de 550 kilomètres et a parcouru environ 500 kilomètres avant de s'abîmer en mer du Japon selon l'armée sud-coréenne.

Le ministère sud-coréen de la Défense a critiqué une "provocation armée destinée à tester la réaction de la nouvelle administration américaine dirigée par le président Trump".

Pour le ministère sud-coréen de la Défense, la Corée entend ainsi vanter ses capacités nucléaires et en matière de missiles. Il était 7h55 (23h55, heure de Paris) quand un missile a été tiré de la base de Banghyon dans la province de Pyongyang nord (ouest du pays).

Le Musudan a une portée de 3.000 à 4.000km, lui permettant théoriquement de frapper jusqu'à l'île américaine de Guam dans le Pacifique.

Pyongyang a fait depuis 2006 l'objet de plusieurs trains de sanctions en raison de son programme nucléaire et de ses tirs de missiles balistiques.

"Nous avons connaissance de ces informations et suivons de près la situation", a déclaré à l'AFP un responsable de la Maison Blanche après le tir nord-coréen.

"Les États-Unis sont derrière le Japon, son grand allié, à 100%", a déclaré le président américain.

Début février, le nouveau secrétaire américain à la Défense James Mattis avait assuré la Corée du Sud et le Japon de l'engagement total de Washington pour leur sécurité, promettant une réponse "écrasante " à une éventuelle attaque nucléaire nord-coréenne.

En effet, la Corée du Nord a procédé hier à un tir d'un missile balistique, que Séoul a qualifié de "provocation".

"Cela n'arrivera pas!", avait tweeté Donald Trump.

Recommande: