VIDÉO - Décret Trump: la diplomatie américaine renverse la révocation des visas

05 Février, 2017, 02:10 | Auteur: Sandy Vega
  • Manifestation contre le décret Trump anti-immigration à Londres le 4 février 2017- NIKLAS HALLE'N

Et provoqué la colère du président américain.

Il n'aura pas pas fallu longtemps au décret anti-immigration de Donald Trump pour créer des problèmes.

Les conséquences de la décision du juge Robart se sont traduites dès ce samedi par un renversement - au moins temporaire - des restrictions imposées par le décret. "Les personnes dont les visas n'ont pas été physiquement annulés peuvent désormais voyager, si ce visa est en cours de validité".

Peu de temps avant que la diplomatie américaine n'annonce avoir suspendu l'interdiction d'entrée aux Etats-Unis pour les ressortissants de sept pays musulmans, des centaines de manifestants ont protesté contre la politique du président américain.

Ce texte donnera lieu le 20 février à un débat au Parlement, qui fera d'une pierre deux coups en discutant en même temps d'une autre pétition, en faveur celle-ci du maintien de la visite d'Etat et que près de 300 000 personnes ont signée.

Afin de contrer la menace terroriste aux États-Unis, Donald Trump a signé vendredi 27 janvier un décret intitulé "Sur la protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux États-Unis ".

Lufthansa, Etihad, Emirates, Swiss, Qatar Airways ou encore Air France ont changé leur fusil d'épaule du jour au lendemain.

D'abord prudentes, dans l'attente d'une communication officielle de l'administration américaine, d'autres compagnies, à l'instar de la Finlandaise Finnair et de la scandinave SAS, vont également de nouveau accepter à bord de leurs avions les passagers concernés après que les autorités administratives américaines eurent déclaré qu'elles n'appliquaient plus le décret migratoire en raison de la décision judiciaire.

L'exécutif avait déjà annoncé cette intention dans un communiqué vendredi soir, qualifiant de "scandaleuse" la décision du juge Robart, avant de retirer ce terme. Il a suscité une vague de condamnations internationales et alimenté des accusations de mesures visant les musulmans, en dépit des dénégations de la Maison Blanche.

Le décret anti-immigration de Donald Trump, qui ferme la frontière des Etats-Unis durant 90 jours aux immigrés et notamment aux ressortissants de sept pays, continue de provoquer des remous au sein de la population et de divers secteurs industriels, dont celui de la high-tech.

Voici en quelques points ce que l'on sait.

Une semaine après la signature du "Muslim ban" par Donald Trump, les choses se précisent. Tant que la constitutionnalité et la légalité du décret n'ont pas été remises en cause par les tribunaux, celui-ci reste en vigueur et le département de la sécurité intérieure continuera à l'appliquer.

Certaines compagnies aériennes ont très vite recommencé à transporter vers les Etats-Unis des passagers concernés.

Recommande: