France : attaque à la machette au Louvre contre des militaires français

04 Février, 2017, 00:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Le procureur Francois Molins lors d'un point de presse sur l'attaque au Louvre le 3 février 2017 à Paris  AFP

Selon la presse, le Premier ministre, et ancien ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve, a estimé qu'il s'agirait probablement d'une attaque à caractère terroriste.

Le parquet a ouvert une enquête pour "tentatives d'assassinat aggravées en relation avec une entreprise terroriste". "Le 28 janvier, à 17h31, il a acheté deux machettes dans une armurerie située à proximité de la place de la Bastille, pour plus de 600 euros", a-t-il ajouté.

Après avoir été déplacés dans des salles sécurisées, les 1000 visiteurs présents au Musée du Louvre lors de l'attaque ont été évacués depuis. Selon Michel Cadot, préfet de police de Paris, un individu s'est précipité sur des militaires de l'Opération Sentinelle, armé d'"une machette et peut-être d'une deuxième arme", en criant "Allahu Akbar". Un des militaires a été légèrement blessé au cuir chevelu. Les assaillants, pour la plupart téléguidés par l'EI, ont multiplié les cibles, des lieux de culte (Villejuif en avril 2015, Saint-Etienne-du-Rouvray en juillet 2016) aux attaques contre les policiers ou militaires.

Une perquisition était en cours vendredi après-midi dans le 8e arrondissement de Paris, dans le cadre de l'enquête sur l'agression au couteau de militaires au Carrousel du Louvre, a indiqué une source proche du dossier, citée par l'AFP.

Un périmètre de sécurité a été établi autour du lieu de l'agression.

Les enquêteurs disposent pour l'instant de peu d'éléments sur l'identité ou les motivations de l'assaillant, dont le pronostic vital est engagé, et qui a été pris en charge dans un hôpital parisien.

Un militaire en faction - du dispositif de sécurisation antiterroriste Sentinelle - a ouvert le feu après s'être fait agresser à proximité du Carrousel du Louvre à Paris ce vendredi matin. Carlos, 50 ans et plombier au Louvre, n'a pour sa part pas été prévenu de la situation. " Un nouveau terroriste islamique radical vient d'attaquer le musée du Louvre à Paris". La France de nouveau sur la sellette.

La seule fois où un militaire en plan Vigipirate a utilisé son arme en deux ans, c'est à Valence, au début de l'année 2016, lorsqu'un homme avait foncé sur des soldats avec une voiture.

La France est placée sous le régime exceptionnel de l'état d'urgence depuis les attentats de novembre 2015.

Recommande: