Un "continent perdu" se cacherait dans l'océan Indien

03 Février, 2017, 01:13 | Auteur: Lynn Cook
  • Un cristal zircon – Crédits University of the Witwatersrand

Les scientifiques sont arrivés à cette conclusion après avoir étudié du zircon découvert dans des roches volcaniques à Maurice lesquelles sont vieilles de 9 millions d'années. Dissimulé sous une épaisse couche de lave, à plusieurs milliers de mètres sous la surface de l'océan Indien, ce morceau de continent avait été baptisé Mauritia par les chercheurs de l'Université du Witwatersrand (Wits) à Johannesburg (Afrique du Sud). Vieux de milliards d'années, il se cacherait dans l'océan Indien sous l'île Maurice. C'est ainsi en datant les zircons découverts au niveau de l'île Maurice que l'équipe du professeur Lewis Ashwal, principal auteur de l'étude, a découvert que quelque chose ne collait pas.

Le 31 janvier dernier, les scientifiques ont effectué des prélèvements dans les roches volcaniques de l'Île Maurice.

En 2013, l'information avait déjà eu l'effet d'une bombe: un micro-continent serait caché sous l'île Maurice.

"La Terre est composée de deux parties: les continents, qui sont vieux et les océans, qui sont "jeunes". "Sur le continent, vous trouvez des roches datant de 4 milliards d'années, mais vous ne trouverez rien de semblable dans les océans", explique le géologue. L'exploration des océans devrait amener à en découvrir d'autres, comme cela fut récemment le cas en Australie ou, plus surprenant, en Islande. Ce genre d'échantillons est vieux d'environ 6 million d'années mais contient du zircon datant de 3 milliards d'années. Le fait que nous en ayons trouvé prouve qu'il y a beaucoup de matière ancienne sous l'île Maurice et elle ne peut provenir que d'un continent.

Selon les chercheurs, la création de ce continent perdu remonterait à 200 millions d'années et à la fracture du Gondwana, le supercontinent qui regroupait l'Afrique, l'Inde, l'Australie et l'Antarctique. Un "continent perdu" d'une taille inconnue qui ne viendrait pas de n'importe où.

Mauritia aurait servi de zone tampon entre le sous-continent indien et Madagascar, ajoute USA Today.

"D'après nos nouvelles conclusions, la rupture de Gondwana a eu lieu sous forme d'un éclatement complexe et pas seulement une simple scission". Ceci vient confirmer une étude publiée en 2013 faisant mention de traces de zircon sur une plage mauricienne. Une découverte qui avait toutefois été remise en question, certains suggérant que le sable avait pu être transporté par le vent ou apporté par les pneus de véhicules.

Recommande: