Ce que l'on sait de l'attentat meurtrier contre une mosquée — Québec

31 Janvier, 2017, 00:21 | Auteur: Aubrey Nash

La police refuse pour l'instant de se prononcer sur les motifs du suspect dans la vingtaine, qui serait un étudiant de l'Université de Laval.

La Mosquée bleue d'Amsterdam et les mosquées As-Sunnah de La Haye, Essalam de Rotterdam et Omar Al Farouk d'Utrecht "se sentent forcées" de fermer leurs portes pendant les prières. Cette mosquée compte environ 5000 fidèles.

La mosquée de Sainte-Foy a été le lieu d'un étrange fusillade dans la nuit de dimanche à lundi.

Ceux-ci sont interrogés par les policiers et demeurent sous les verrous.

Les victimes ayant perdu la vie dans cet attentat sordide étaient âgées de 35 et 70 ans. François Hollande a dénoncé un "odieux attentat ".

Or, du côté des médias canadiens, on évoque une toute autre piste.

Au moment de l'attaque, qui s'est produite quelques minutes avant 20 heures (heure locale), les hommes priaient au rez-de-chaussée, tandis que les femmes et les enfants se trouvaient à l'étage, d'après Radio Canada. Un second suspect a appelé la police pour se rendre, a indiqué lundi Denis Turcotte, inspecteur de la police de Québec.

Selon Radio Canada, la mosquée avait déjà été la cible de menaces l'été dernier. "Et dès qu'elle a commencé, elle a crié Allahou akbar".

Les mots ont été lâchés par Justin Trudeau, le Premier ministre canadien en personne, qui a condamné avec vigueur un " attentat terroriste ", qualifiant ainsi, sans mots couverts ni faux fuyants, l'ignoble attaque meurtrière qui a pris pour cible, dimanche soir, le Centre culturel islamique de Québec.

"Unissons-nous contre la violence. Unissons-nous contre la violence et solidarité avec les Québécois de confession musulmane", a-t-il écrit sur Twitter.

Elle a indiqué qu'environ une quarantaine de personnes avaient été sorties du Centre culturel islamique sans blessures.

Plusieurs ambulances aussi sont sur les lieux.

Le ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a annoncé que la structure de gestion policière contre le terrorisme avait été déployée.

Le dossier est mené pour l'instant par la police de Québec.

Le centre culturel islamique de Québec également connu sous le nom de Grande Mosquée de Québec a été fondé en 1985. Un porte-parole de la police de Québec a confirmé sur les chaînes de télévision qu'il y avait des morts, mais sans en préciser le nombre.

Recommande: