Rapport Transparency International sur la corruption : l'Algérie toujours mal classée

26 Janvier, 2017, 00:29 | Auteur: Aubrey Nash

Avec 26 points le pays dirigé par Paul Biya fait partie des 122 pays que Transparency International identifie comme ayant un "grave problème de corruption".

Cette année plus des deux tiers des pays et territoires dont les données ont été analysés se situent au-dessous de la moyenne de 50, de l'échelle prit en compte qui va du très corrompu (0) au très propre (100).

"Parmi ces mesures, figurent l'adoptionde la loi d'accession à l'information qui est l'une des meilleures loi dans le monde arabe, le développement des moyens mis à la disposition de l'instance de lutte contre la corruption et son soutien aux efforts de organes de la société civile, l'adoption de la stratégie nationale de lutte contre la corruption et le contrôle des sources de financement des associations et organisations de la société civile", a-t-il précisé. Selon Ugaz, "dans trop de pays, les gens sont privés de leurs besoins les plus élémentaires et vont au lit affamés chaque nuit à cause de la corruption, alors que les puissants et corrompus jouissent de modes de vie somptueux en toute impunité".

"Les conclusions globales de Transparency International font état d'un lien important entre corruption et populisme".

L'AACC rappelle que l'Algérie avait obtenu en 2015 la note de 3,6 sur 10 et la 88 place; en 2014 la note de 3,6 et la 100 place; en 2013 la note de 3,6 sur 10 et la 94 place; en 2012 3,4 sur 10 et la 105 place; en 2011 la note catastrophique de 2,9 sur 10, " la même que celle de 2010, et la 112 place, reculant de 7 places par rapport au classement de 2010!

Notre voisin, lui, la République Dominicaine se retrouve à la 120e place alors que la semaine dernière des protestations anti-corruption se tenait chez lui.

Le pays le moins bien classé reste également le même. L'avant-dernier est le Soudan du Sud, l'antépénultième est la Corée du Nord.

Recommande: