Sondage. Les Parisiens ont une vie sexuelle plus débridée qu'ailleurs

05 Janvier, 2017, 00:31 | Auteur: Sandy Vega
  • Un couple s'embrasse lors de la Gay Pride à Paris

Ce dernier se targue d'avoir lancé opportunément un "Observatoire de la vie sexuelle des Parisiens à l'heure des nouvelles technologies", toujours intéressant quand on propose de la vidéo amateur très explicite. Il en ressort que les Parisiens et Parisiennes sont bien plus libérés, dévergondés pour certains, émancipés pour d'autres (c'est selon les points de vue), que le reste des Français.

Autres éléments clés de cette étude, le fait que Paris serait un "refuge pour les sexualités minoritaires" et donc pour les personnes LGBT. C'est en tout cas ce que semble révéler l'étude "Paris, ville lumière, ville de débauche?".

Selon une étude de l'Ifop publiée ce mercredi, les habitants de la capitale ont un rapport au sexe plus libre que la moyenne nationale. En dépit des reproches que l'on fait parfois aux transports parisiens, près d'un homme sur trois et plus d'une femme sur dix a déjà fait la même chose dans les transports en commun. À Paris, on compte même un homme sur trois (35%) et une femme sur dix (10%) qui ont tenté l'expérience avec plus de deux partenaires à la fois.

Le triolisme -le fait pour un couple de convier un troisième partenaire dans ses ébats- connaîtrait également beaucoup plus d'adeptes dans la capitale qu'ailleurs. Les hommes osent avoir des relations bisexuelles d'avantage que dans le reste du pays. L'Ifop constate aussi que l'ancienneté de la relation de couple est moins élevée: les "vieux couples " étant deux fois moins nombreux dans la capitale (25%) qu'à l'échelle nationale (41%).

Pour tenter d'expliquer ce chiffre, l'institut de sondage avance "la densité d'une métropole qui offre toujours plus d'opportunités de rencontres", "l'anonymat offert par une grande ville" et un "environnement propice à l'expression d'un modèle de sexe sans lendemain", porté notamment par l'essor des applications de rencontres.

L'étude montre enfin que la population parisienne à des parcours sexuels plus diversifiés que l'ensemble des Français: un nombre moyen de partenaire sexuels au cours de la vie quasiment deux fois plus élevé (19) que la moyenne (11). Pour appuyer ses propos, l'Ifop explique que 9% des Parisiens affirment avoir en ce moment au moins deux partenaires en même temps. L'Ifop note que les jeunes adultes sont plus particulièrement concernés. 42 % des jeunes de moins de 25 ans et jusqu'à 48 % des étudiants admettent avoir déjà eu un rapport sexuel après avoir consommé de la drogue. Cette pratique est deux fois plus répandue dans les catégories "pauvres" que dans les catégories "aisées" et elle atteint des sommets chez les homosexuels et les bisexuels. Pas de statistiques nationales, mais la moitié des Parisiens et un tiers des Parisiennes (35%) ont déjà participé à des jeux sexuels ou eu des rapports dans un lieu public. C'est ce que révèle un sondage Ifop pour le site pornographique Cam4 (1).

(1) Echantillon de 2007 personnes, représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification géographique par arrondissement.

Recommande: