Antonio Guterres veut faire de 2017 "une année pour la paix"

02 Janvier, 2017, 00:27 | Auteur: Lynn Cook

"La paix doit être notre objectif et notre guide".

En dressant ce tableau sombre de la réalité du monde, Guterres a appelé à faire de 2017 "l'année où nous tous - citoyens, gouvernements et dirigeants - aurons tout fait pour surmonter nos différences". "Engagez-vous à mes côtés au service de la paix jour après jour", a conclu le 9e secrétaire général de l'ONU. "Mais la paix dépend de nous", a souligné Antonio Guterres.

Les guerres actuelles ne produisent que des perdants, selon Guterres. Redoutable tribun, il soulève les foules en portugais, anglais, français et espagnol. Le bilan de ses deux mandats à la tête du HCR (2005-2015) a été marqué par une réforme de son organisation interne qui a permis de réduire le personnel basé à Genève afin d'augmenter sa capacité d'intervention d'urgence à l'international.

A 67 ans, il prend la tête d'une institution en crise qui a été incapable de mettre un terme aux conflits en Syrie, au Yémen, au Soudan du Sud, a couvert les exactions sexuelles de ses militaires en Afrique, a montré son impuissance à stopper la course à l'armement nucléaire nord-coréen...

En 1992, il devient secrétaire général du Parti socialiste, alors dans l'opposition. L'espoir placé en António Guterres est grand, mais la tâche est immense. Ce pedigree sera-t-il suffisant pour restaurer la crédibilité de l'ONU, dont l'impuissance s'est amplifiée au fil des ans, avec le désastre d'Alep-Est en point d'orgue?

Au premier semestre 2000, sa présidence tournante de l'Union européenne est considérée comme une réussite, grâce à l'organisation du premier sommet UE-Afrique et à l'adoption de l'Agenda de Lisbonne pour la croissance et l'emploi. La conjoncture économique se détériore et M. Guterres apparaît incapable de donner un nouveau souffle à son second gouvernement.

"Le secrétaire général de l'ONU indique qu'il n'y a " aucun gagnant " dans ces guerres".

Recommande: