Crash en mer Noire : la deuxième boite noire retrouvée

01 Janvier, 2017, 00:59 | Auteur: Lynn Cook

L'analyse des boîtes noires de l'avion militaire russe qui s'est écrasé dimanche en mer Noire montre qu'"il n'y a pas eu d'explosion" à bord, a indiqué jeudi un responsable de l'armée russe, sans toutefois exclure totalement l'hypothèse de l'acte terroriste. Après avoir disparu des écrans radar deux minutes après son décollage depuis le sud de Sotchi, il s'est abîmé en mer Noire.

L'accident en mer Noire a coûté la vie à l'ensemble des 8 membres d'équipage et 84 passagers, parmi lesquels 64 membres des choeurs de l'Armée rouge.

Elle se trouvait à moins de deux kilomètres des côtes russes, à une profondeur de 17 mètres.

"A ce jour, 12 corps et 156 fragments de corps ont été retrouvés", a précisé le ministère, cité par l'agence publique Ria-Novosti. Cette dernière, connue du grand public sous le nom de "Docteur Liza", emmenait des médicaments destinés à l'hôpital universitaire de Lattaquié, selon le Conseil consultatif pour les droits de l'homme auprès du Kremlin.

"Il est trop tôt pour dire quoi que ce soit". Elle a été élargie jusqu'à six kilomètres au large des côtes russes, a déclaré un vice-ministre de la Défense, Pavel Popov.

Selon le ministère de la Défense, l'appareil était exploité depuis trente-trois ans et comptait 6.689 heures de vol. Il avait été réparé en décembre 2014 et révisé en septembre dernier.

Selon les enquêteurs, une erreur de pilotage ou un bris mécanique est probablement à l'origine de l'écrasement du Tupolev TU-154 du ministère de la Défense.

Quelque 4.300 militaires russes sont déployés en Syrie et la Russie, qui a également des installations portuaires militaires à Tartous (nord-ouest), continue de renforcer sa présence dans ce pays en proie à un sanglant conflit depuis 2011.

Recommande: