Conflit VTC: Uber porte plainte pour menaces contre trois syndicats

19 Décembre, 2016, 00:39 | Auteur: Aubrey Nash

Après vingt-quatre heures de blocages et d'opérations coup de poing, la mobilisation des VTC est restée limitée dimanche, mais leurs représentants ont prévenu qu'ils pourraient relancer leur mouvement s'ils n'obtenaient pas satisfaction lors de cette rencontre, prévue à 10H00 sous l'égide d'Alain Vidalies.

L'entreprise américaine Uber porte plainte pour menace à l'encontre de trois syndicats révèle l'AFP, dimanche 18 décembre.

La plainte vise les syndicats Capa-VTC, UNSA-VTC et Actif-VTC et une dizaine de leurs représentants.

Selon Uber, les personnes mises en cause ont appelé "à commettre des actes de violence sur les employés et les chauffeurs partenaires ainsi que certains passagers ayant recours à la plateforme", par le biais notamment de Facebook, Twitter et Youtube. La journée de dimanche s'est avérée relativement calme sur le front des manifestations de chauffeurs de VTC, à la veille d'une réunion importante avec les plateformes de réservation.

Un barrage filtrant à Roissy, transformé en simple rassemblement.

"Si les négociations n'aboutissent pas à des décisions concrètes et actées sur place, nous appellerons à la reconduite du mouvement dès la fin de la réunion", a prévenu Capa-VTC.

Les organisations de chauffeurs VTC attendent de la réunion de lundi, au secrétariat aux Transports, une "augmentation immédiate des tarifs".

C'est contre ces dernières, notamment le géant américain Uber, que les chauffeurs manifestent à Paris depuis jeudi, pour dénoncer une politique tarifaire jugée défavorable et décidée sans concertation. Interrogé par Le Parisien, Thibaud Simphal, manager général de la société dans l'Europe de l'Ouest expliquait qu'il y aurait "un ou deux groupes" qui avaient réussi à réunir "100 à 200 chauffeurs très violents et très durs", qui ne sont selon lui, "pas tous utilisateurs de (sa) plate-forme".

Recommande: