Attaque par des hommes armés non identifiés dans le nord du Burkina

19 Décembre, 2016, 03:28 | Auteur: Lynn Cook
  • ATTAQUE TERRORISTE DE NASSOUMBOU AU NORD DU BURKINA FASO: Le président IBK au chevet du peuple burkinab

Cette fois ci, c'est dans la localité de Nassoumbou, au nord du pays proche de la frontière avec le Mali, qu' un détachement militaire de l'armée a été pris pour cible.

"Nous avons un très mauvais bilan".

"Selon une source sécuritaire qui a requis l'anonymat, jointe par Jeune Afrique, le bilan provisoire fait état de douze soldats burkinabè tués dans l'affrontement et de matériels incendiés". Ils sont arrivés à une quarantaine de personnes à bord de véhicules pick-up et de nombreuses motos. Ils étaient lourdement armés avec des fusils kalachnikov et des lance-roquettes, ont tiré sur les hangars, les tentes et calciné certains véhicules avant de prendre la fuite.

"Il était donc normal et indiqué que nous venions ici aujourd'hui témoigner au président Roch Marc Christian Kaboré et au peuple du Burkina toute notre solidarité et dire que ce qui vient de frapper le Burkina nous atteint pleinement", a déclaré M. Kéita, au sortir d'un tête-à-tête avec son homologue.

Selon une source sécuritaire, les assaillants "enturbannés avaient [des] drapeaux djihadistes".

Une dizaine de militaires burkinabè ont été tués, des armes emportées dans l'attaque, vendredi matin, d'un camp militaire à la frontière avec le Mali par des individus non encore identifiés, ont rapporté plusieurs médias locaux. L'opération Serval s'est achevée en juillet 2014 et a été remplacée par l'opération Barkhane chargée de la lutte anti-terroriste dans le Sahel. En octobre, la première attaque contre des militaires burkinabè avait fait six morts, quatre militaires et deux civils tués probablement par des "tirs amis". Le nord du Burkina, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d'attaques jihadistes régulières depuis le premier trimestre 2015.