La primaire de la gauche est lancée avec 7 candidats

18 Décembre, 2016, 00:26 | Auteur: Sandy Vega

Les deux tours de la primaire se tiendront les 22 et 29 janvier.

L'ancien inspecteur du travail Gérard Filoche, un autre déçu, a également annoncé qu'il allait déposer un "recours", s'en prenant à la direction du PS. "Ce que je crois c'est que c'est Jean-Christophe Cambadélis (le premier secrétaire du PS) qui décide, et Christophe Borgel, pas la Haute autorité", a-t-il assuré devant le Palais de la Mutualité. Si ce dernier s'est réjoui de cet engouement, il a expliqué que des choix ont été faits et a appelé les personnes qui ont été écartées à "respecter la décision de la Haute Autorité". Ainsi que Sylvia Pinel (PRG), Jean-Luc Bennahmias (Front démocrate) et François de Rugy (Parti écologiste).

Pour qu'une candidature soit validée, il fallait obtenir un certain nombre de parrainages de l'un des quatre groupes suivants: 5% des membres du Conseil national du PS, 5% des parlementaires socialistes, 5% des conseillers régionaux et départementaux socialistes (représentant quatre régions et dix départements) ou 5% des maires socialistes de villes de plus de 10 000 habitants (issus d'au moins quatre régions et dix départements).

Les 7 candidats à la primaire sont donc: les socialistes Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Manuel Valls. A 54 ans, ce tenant de l'aile droite du PS espère "rassembler la gauche". D'abord, réussir "sa" primaire, après le succès de la primaire de la droite et du centre qui a réuni plus de 4,4 millions de votants et ainsi mis sur orbite son vainqueur François Fillon.

"Nous avons eu à faire face à un nombre très important de candidatures, 24 candidatures sont arrivées à la Haute autorité", a expliqué à la presse le président de l'instance, le juriste Thomas Clay. Trois débats télévisés sont prévus en janvier, avant le premier tour. "Ca souligne le très grand intérêt pour cette primaire, (.), une véritable passion".

Recommande: