Trois ADN pour un bébé — Royaume-Uni

17 Décembre, 2016, 01:35 | Auteur: Jonathan Ford
  • Le Royaume-Uni 1er pays à autoriser les bébés conçus par

La technique de l'université de Newcastle permet de bloquer la transmission de la maladie de la mère à l'enfant.

" Nous avons pris une décision historique et mûrement réfléchie".

L'approbation du comité d'éthique britannique était l'ultime condition avant l'utilisation en clinique de cette technique consistant à combiner les ADN de deux femmes et d'un homme pour éviter la transmission d'une maladie héréditaire maternelle. Son but? Eviter la transmission d'une maladie héréditaire maternelle.

Cette technique de fécondation in vitro avec "remplacement mitochondrial" continue à diviser.

"Cette nouvelle forme de conception est donc officiellement autorisée en Grande-Bretagne, où 200 couples pourraient être concernés chaque année".

Du côté des défenseurs de cette décision, on estime que celle-ci va permettre aux couples concernés (dont le nombre est estimé à 3 000 au Royaume-Uni) de donner naissance à des enfants en meilleure santé.

"Je ne pense pas qu'on s'engage sur une pente glissante". Il y a eu un grand débat public. "Le Parlement a débattu de la question et a approuvé la technique à une majorité de trois contre un ". Comme l'explique Le Point, " les mitochondries sont des petits organites (structures spécialisées) présents dans les cellules qui transforment le glucose en molécule énergétique. Ceux venus de l'étranger sont les bienvenus " a souligné Sally Cheshire. "Pour cette raison, des spécialistes considèrent que les expressions " trois parents", " deux mères " ou " trois ADN " ne sont pas appropriées. Cette maladie mortelle uniquement transmise par la mère touche les notamment les nouveaux nés et s'attaque à leurs muscles et cerveau.

La fécondation in vitro avec "remplacement mitochondrial" peut alors apparaître comme une solution.

Après avoir été fécondé par le sperme du père en laboratoire, l'ovule est ensuite implanté dans l'utérus de la mère.

Le futur enfant sera porteur de toutes les caractéristiques génétiques de son père et de sa mère puisque l'ADNmt représente moins d'1 % de la quantité totale d'ADN contenue dans une cellule humaine. Ce qui fait surtout débat, c'est que cet " ADN à trois " se transmettra de génération en génération. Cette prouesse fut réalisée au Mexique par des scientifiques américains, vu que les États-Unis interdisent cette nouvelle technique de modification génétique sur embryons. Une équipe médicale internationale menée par le Dr John Zhang, du Centre New Hope Fertility à New York, avait alors transféré les matériaux génétiques contenant les chromosomes de la mère dans un ovule d'une donneuse, dont les matériaux génétiques avaient été enlevés.

Recommande: