Philippines: Duterte affirme avoir lui-même tué pour montrer l'exemple

17 Décembre, 2016, 00:44 | Auteur: Lynn Cook
  • Le président Duterte durant une cérémonie au Cambodge ce mercredi

Depuis son entrée en fonction, Rodrigo Duterte n'a par ailleurs pas lésiné sur les menaces de mort, tout en faisant pleuvoir les insultes sur ceux qui le critiquent. "Je cherchais vraiment l'affrontement pour pouvoir tuer".

Lorsqu'il était maire de Davao, une métropole du sud des Philippines, le président Rodrigo Duterte a lui-même abattu des suspects pour montrer l'exemple aux policiers, a-t-il admis. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

En visite au Cambodge mardi, M. Duterte a plaisanté sur le sujet, relatant à des expatriés philippins qu'il accompagnait les policiers et tirait à vue, en fermant les yeux, car il avait peur de tirer. Duterte n'est pas un homme à reculer devant les défenseurs de droits de l'homme.

M. Duterte avait précédemment nié et reconnu son implication au sein de ces escadrons de la mort. Candidat à la présidentielle, il avait promis que 100 000 délinquants seraient assassinés et que les cadavres engraisseraient les poissons de la baie de Manille. En cinq mois, la police a annoncé avoir tué 2.086 personnes dans des opérations antidrogue.

La majorité du temps, des assaillants masqués pénètrent dans des domiciles et tuent des gens accusés d'être des trafiquants ou des consommateurs de drogue. Les militants dénoncent la fin de l'État de droit, parlant de policiers et de tueurs à gages qui agissent en toute impunité. Le président Duterte a martelé que la police ne tuait qu'en état de légitime défense, tandis que des bandits tuaient les autres victimes. Il a également dit toutefois qu'il ne permettrait pas que des policiers reconnus coupables de meurtres dans le cadre de sa campagne antidrogue aillent en prison.

Selon les sondages, les Philippins soutiennent très largement l'opération lancée par leur président et jugent que c'est la seule possibilité d'empêcher leur pays de devenir un narco-État.

En octobre, il avait soulevé l'indignation en faisant un parallèle entre sa campagne contre le crime et l'extermination de six millions de Juifs par Adolf Hitler. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Recommande: