Michel Polnareff : "fatigué" mais "guéri", le chanteur a quitté l'hôpital

17 Décembre, 2016, 01:45 | Auteur: Sue Barrett
  • Michel Polnareff ici sur scène le 8 novembre à Nice

Le chanteur Michel Polnareff va mieux. Michel Polnareff, hospitalisé le 3 décembre pour une embolie pulmonaire, a pu quitter l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) jeudi soir, fait savoir son médecin, vendredi 16 décembre, sur BFMTV. Il est sorti de l'hôpital jeudi soir après douze jours d'hospitalisation suite à une double embolie pulmonaire.

On peut considérer aujourd'hui que ce patient (Michel Polnareff) est guéri. Il est guéri, mais il n'est pas totalement remis.

Michel Polnareff a quitté l'hôpital dans la plus grande discrétion. "Il est parti en convalescence, il est très fatigué".

Il est encore "prématuré" d'évaluer la durée de sa convalescence, a expliqué le médecin. Pourtant, les doutes planaient sur l'état de santé du chanteur le week-end dernier, alors que son producteur l'accusait d'avoir simulé sa maladie pour ne pas honorer les derniers concerts de sa tournée.

Une polémique sur l'état de santé de l'artiste a été déclenchée par le Journal du Dimanche, pour lequel les annonces alarmantes du docteur de Michel Polnareff pourraient avoir "servi à légitimer l'annulation de deux concerts". Philippe Siou: "Son état d'esprit n'est pas très bon, car c'est un homme qui est accablé par les mises en causes et les accusations qu'il a reçues pendant toute son hospitalisation".

Le médecin a toutefois assuré que le chanteur n'avait pas de séquelle. "On verra ça, il faudra faire d'autres visites de contrôle", a-t-il simplement déclaré. De fait, le traitement par anticoagulants avait été institué, "car l'embolie pulmonaire est une pathologie mettant en jeu le pronostic vital à tout moment".

Michel Polnareff, qui a toujours pris la défense de son médecin dans cette affaire, lui a rendu hommage sur sa page Facebook vendredi. "Je pense sincèrement que le docteur Siou, qui m'a sauvé la vie, ainsi que l'ensemble de son équipe de l'Hôpital américain de Paris, mérite des excuses publiques de ceux ou celles qui ont mis en doute son diagnostic, son intégrité et ses résultats".

Recommande: