PS : les dettes de Peillon et Montebourg

16 Décembre, 2016, 00:28 | Auteur: Sandy Vega
  • Manuel Valls dans son QG de campagne à Paris le 14 décembre 2016  POOL  AFP

Sur la même période, Arnaud Montebourg se serait aussi dispensé de régler sa cotisation mensuelle auprès du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, laissant "fin juin 2012 une ardoise de 49.322,40 euros", selon L'Opinion, s'appuyant sur le témoignage de Christian Bataille, député PS du Nord et trésorier du groupe.

Rue de Solférino, au siège du PS, on confirme qu'Arnaud Montebourg est à jour de cotisation. "Je peux seulement tempêter, mais pas lui envoyer d'huissier", a précisé celui qui est également un soutien de Manuel Valls au sein du Parti socialiste.

Lire aussi: Qui sont les candidats à la primaire de la gauche? .

Le candidat à la primaire socialiste Vincent Peillon était pointé du doigt dans le Canard enchaîné, en kiosques ce mercredi, pour avoir omis de payer au PS ses cotisations d'adhérent et d'élu. Selon plusieurs médias, cette règle ne s'appliquerait toutefois pas aux cotisations pour le groupe PS, donc aux 50.000 euros évoqués. Arnaud Montebourg et Vincent Peillon auraient laissé des ardoises non négligeables auprès de leur parti pour n'avoir pas payé leurs cotisations.

Dans un communiqué, Arnaud Montebourg " conteste formellement devoir la moindre somme au Parti socialiste " et " regrette la malveillance de telles fausses dénonciations, qui jettent une inutile suspicion. Pour se justifier, l'ancien ministre "rappelle qu'il a été candidat à la primaire en 2011, cette précédente candidature ayant été dûment validée sans la moindre réclamation ni contestation sur ces prétendues dettes de cotisation".

L'entourage d'Arnaud Montebourg est rapidement monté au créneau pour contrer ces accusations. "Il a toujours payé rubis sur l'ongle", a poursuivi ce soutien du candidat. Soit environ 30 000 euros environ de manque à gagner pour sa fédération locale. Selon les statuts du parti, chaque parlementaire est tenu de verser chaque mois une quote-part de son indemnité de mandat à sa formation politique. Alors député de Saône-et-Loire et président du conseil général du département, M. Montebourg n'aurait reversé que 45 euros par an entre 2007 et 2012, contre les 6 000 euros demandés, d'après le Huffington Post.

"Il estime être victime de malveillances vallsistes".

Jérôme Durain, sénateur de Saône-et-Loire et premier secrétaire fédéral du PS dans ce département de 2005 à 2015, a pour sa part affirmé à l'AFP qu'il n'existait "aucune ardoise" au nom d'Arnaud Montebourg dans sa fédération.

" Ce sont des allégations infondées ", a renchéri auprès de l'AFP son directeur de campagne, François Kalfon, dénonçant des " attaques en dessous de la ceinture " et rappelant que la " candidature à la primaire de 2011 avait été validée sans qu'aucune somme ne lui soit réclamée ". C'est en effet à elle que la décision reviendra.

Recommande: