Le survivant amnésique à qui l'on cachait la vérité — Crash de Chapecoense

16 Décembre, 2016, 00:52 | Auteur: Sandy Vega
  • Le survivant amnésique à qui l'on cachait la vérité — Crash de Chapecoense

Du crash qui a fait 71 morts sur 77 personnes à bord de l'avion qui transportait l'Associação Chapecoense de Futebol, le joueur ne se souvient de rien. Trois joueurs, deux membres d'équipage et un journaliste, Rafael Henzel.

"Conscient qu'il a survécu miraculeusement à cette tragédie, le journaliste en veut à la compagnie aérienne Lamia".

Tout d'un coup, ils ont éteint les lumières et les moteurs se sont arrêtés. Personne ne nous a jamais dit de mettre nos ceintures. "Nous avons continué à voler sans avoir la moindre idée de ce qui allait se passer ". J'ai néanmoins remarqué un moment de détresse chez les deux membres d'équipage. Quand j'ai vu que l'hôtesse était très mal, j'ai commencé à avoir peur. "Je ne me souviens pas de cris ou de moment de panique. C'était plutôt un silence, un silence déroutant". "On lui a raconté toute l'histoire de l'accident". J'ai cru que j'étais dans un film ou un rêve et que j'allais me réveiller. Quand j'ai vu les lumières, j'ai crié. Lorsqu'il a rouvert les yeux, le journaliste se trouvait au milieu des débris de l'avion, "bloqué entre deux arbres". A côté de moi, les deux sièges étaient accrochés et le choc a été terrible quand je me suis rendu compte que mes deux camarades étaient sans vie. L'avion, en manque de carburant, ne pouvait rejoindre une piste d'atterrissage en urgence comme l'ont confirmé les premiers éléments de l'enquête. "Il paraît que mon petit garçon de onze ans s'est frappé la poitrine en disant que ce n'était pas vrai car il sentait encore ma respiration".

Rafael Henzel, qui a été rapatrié mardi au Brésil, se rappelle de tout.

Recommande: