François Fillon : "je ne veux pas distinguer entre gros et petit risque"

16 Décembre, 2016, 00:27 | Auteur: Lynn Cook
  • François Fillon le 20 février 2013 à l'Assemblée

La campagne de François Fillon est passée mercredi 14 décembre par un hôpital au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), où le candidat de la droite à la présidentielle a tenté de répondre aux critiques sur son projet de réforme du système de santé.

Le programme santé de François Fillon, candidat Les Républicains à l'élection présidentielle 2017, n'est pas passé inaperçu et pour cause: sa proposition de ne rembourser que les maladies graves et de longue durée reviendrait très vite à privatiser l'Assurance-maladie a fait l'effet d'une petite bombe. Sa proposition émise pendant la primaire de la droite de distinguer "les risques principaux" pris en charge par la sécurité sociale et les petits risques couverts par les assurances complémentaires, a disparu de son site internet, mais la contestation reste vive.

"Il est tellement plus simple de caricaturer et de dire n'importe quoi".

"Non, à aucun moment je n'ai voulu ou je ne voudrais "privatiser l'assurance-maladie", a-t-il martelé pour la énième fois, soucieux de déminer un sujet d'inquiétude jusque dans son camp".

Dans sa tribune, l'ancien ministre explique vouloir "réaffirmer le principe d'universalité dans l'esprit des ordonnances de 1945" et ajoute que "l'Assurance-maladie obligatoire et universelle, pilier de la solidarité doit rester le pivot dans le parcours de soins". "Ce sera le rôle de l'agence de régulation que je veux mettre en place".

François Fillon a en outre abandonné son projet d'une "franchise médicale universelle fonction des revenus dans les limites d'un seuil et d'un plafond".

L'apprentissage présidentiel nécessite de s'extraire du "piège des primaires", rappelait mardi le "juppéiste" Jean-Pierre Raffarin.

François Fillon, le solitaire, se convertit donc douloureusement au collectif. "J'organiserai ensuite avec mes amis parlementaires, dont beaucoup sont des médecins, une convention qui nous permettra de préciser ce projet, en étroite concertation avec les professionnels de la santé de tous les secteurs". Il demandera également à "des experts indépendants de réaliser un audit des comptes sociaux".

François Fillon a déroulé son explication sans contradiction, puisque les journalistes ne peuvaient pas l'interroger.

Recommande: