France: l'Insee abaisse à nouveau sa prévision de croissance pour 2016

16 Décembre, 2016, 00:51 | Auteur: Aubrey Nash
  • Vers un léger recul du chômage en 2017

La consommation des ménages a de nouveau stagné au troisième trimestre 2016: "si les dépenses de services ont rebondi malgré les conséquences des attentats de juillet sur les dépenses touristiques, celles en énergie et en biens manufacturés se sont repliées, note l'Institut, ajoutant que l'investissement des entreprises a modérément reculé pour le deuxième trimestre consécutif (-0,4 % après -0,2 %)".

L'Insee est en revanche plus pessimiste que la Commission européenne et la Banque de France, qui anticipent une hausse du PIB de 1,3% en 2016, et a fortiori que le gouvernement, qui espère atteindre 1,4% de croissance cette année. L'agriculture, notamment viticole et céréalière, elle, "se replierait nettement" en 2016, en raison de mauvaises conditions climatiques, mais devrait retrouver un niveau proche de sa moyenne avec une météo plus clémente. "Ce n'est pas négligeable", insiste Dorian Roucher, qui estime que les à-coups trimestriels observés en 2016 ne remettent pas en cause la dynamique globale de reprise.

L'économie française, selon l'Insee, devrait ainsi bénéficier de plusieurs facteurs favorables au cours de prochains mois, outre un probable retour à la normale de la production agricole. Après un coup d'arrêt au troisième trimestre 2016, il devrait reprendre sa "légère" décrue jusqu'à la mi-2017.

La consommation, tout d'abord, devrait se maintenir à un niveau élevé (+0,3% aux premier et deuxième trimestres 2017, après +0,5% au quatrième trimestre 2016), malgré un ralentissement du pouvoir d'achat lié au léger regain d'inflation.

Quant aux exportations, elles devraient repartir de l'avant, portées par l'Allemagne et de l'Espagne, ainsi que par la livraison de plusieurs grands contrats navals et aéronautiques.

Le commerce extérieur, après avoir coûté 0,3 point de hausse du PIB à la France en 2015, puis 0,7 point en 2016, devrait alors cesser "de peser sur la croissance française au premier semestre 2017", souligne l'Insee.

Cette dynamique globalement favorable devrait permettre à l'emploi marchand de continuer à progresser. Résultat: le surplus d'emplois engendré par le Pacte de responsabilité et le CICE ne serait que de 20.000 postes au 1er semestre 2017, contre 30.000 au second semestre 2016.

Les perspectives sont "positives", s'est réjouie dans un communiqué la ministre du Travail, Myriam El Khomri. Au 2e trimestre 2012, le taux de chômage s'élevait à 9,3 % en métropole et à 9,7 % en France entière. Cette prévision est moins optimiste que celle publiée en octobre: l'Insee prévoyait ces même taux pour la fin 2016.

L'Insee estime que le rythme de la croissance devrait être semblable l'année prochaine, si toutefois les incertitudes liées au Brexit - les négociations débuteront en mars - et à l'élection de Donald Trump sont levées. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: