François Fillon donné gagnant d'une courte tête à la primaire

20 Novembre, 2016, 07:12 | Auteur: Sandy Vega

Tous les instituts ont enregistré la même chose au fur et à mesure de la campagne: une domination d'Alain Juppé au printemps, un frémissement en faveur de Nicolas Sarkozy mais sans suite en septembre et là, cette remontée de François Fillon qui apparaît comme une surprise pour tout le monde. Des chiffres qui font un peu paniquer ses rivaux.

Selon un sondage Opinionway pour Le Point, la palme revient une nouvelle fois à Alain Juppé avec 30% de bonnes opinions. Loin des quelques centaines de curieux qui poussaient la porte de ses réunions voici quelques semaines encore. Cette manière de parler cash et de refuser l'utilisation du mot communautarisme qui signifierait que la France a un problème avec les communautés, alors que, selon lui, la France n'a un problème qu'avec l'islamisme. En avril et mai 2017, "je l'affronterai, lui ou un autre, comme j'affronterai l'extrême droite et son programme démagogique, et nous les vaincrons le moment venu!", a promis celui qui a même reçu l'onction de l'ex-président Valéry Giscard d'Estaing jeudi soir. "On regardera particulièrement les Alpes-Maritimes", fief sarkozyste dans le sud-est de la France, expliquait récemment un soutien d'Alain Juppé.

A l'inverse, Alain Juppé, tenant de la ligne du "rassemblement" et plus populaire que son concurrent auprès des sympathisants du centre comme ceux de gauche, espère attirer un maximum de votants, plus de deux ou trois millions, pour garder ses chances d'accéder au second tour le 27 novembre. Il ne semble pas avoir vu venir la brusque ascension de M. Fillon et surtout, son équipe de campagne, comme dans le cas de Mme Clinton, n'a pas su lui suggérer une riposte fulgurante.

De son côté, Nicolas Sarkozy, s'est engagé à "respecter scrupuleusement chacune des règles de la primaire, quel que soit le résultat". "François Fillon se présente comme le candidat qui a le programme le plus audacieux". "J'ai joué cartes sur table".

Ce vendredi, il a indiqué que s'il n'était pas qualifié dimanche pour le second tour, il donnerait "une consigne de vote", "sans enthousiasme".

Mardi matin, dans un entretien diffusé par Mediapart, l'intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine, mis en examen dans le dossier Karachi, assurait avoir transporté fin 2006-début 2007 entre la Libye et la France trois valises contenant cinq millions d'euros en espèces.

"Aujourd'hui, les trois hypothèses Sarkozy-Fillon, Fillon-Juppé et Sarkozy-Juppé sont possibles, et aucune ne me surprendrait".

Thierry Solère, président de la commission d'organisation, a répété samedi les précautions prises: interdiction des procurations, toujours porteuses d'embrouilles. Alors c'est pédagogie maximum pour expliquer qui peut voter, quand, où, et comment.

Ce troisième débat a, à certains moments, viré à l'affrontement entre les journalistes et les candidats qui ont contesté le déroulement de ce dernier.

Derrière le trio de tête, quatre "outsiders" se tiennent en quelques points: Bruno Le Maire est crédité de 5% dans l'enquête Ipsos-Sopra Steria, Nathalie Kosciusko-Morizet de 3,5%, Jean-Frédéric Poisson de 2% et Jean-François Copé de 1,5%.

Recommande: