Ce que disent les derniers sondages — Primaire à droite

19 Novembre, 2016, 09:59 | Auteur: Lynn Cook

Seul François Fillon tire son épingle du jeu avec une spectaculaire tendance à la hausse ces dernières semaines. Jean-François Copé a surenchéri en attaquant, une nouvelle fois, Nicolas Sarkozy et François Fillon sur leur bilan entre 2007 et 2012.

Alain Juppé lui caracole toujours en tête des sondages pour cette fameuse primaire LR. Où et comment voter en Normandie?

A l'approche du premier tour, François Fillon a fait un bond dans les sondages, passant par exemple de 20% à 27% des intentions de vote en quelques jours dans les enquêtes de l'Ifop-Fiducial, au point de talonner Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, à qui semblait jusqu'alors promis un match à deux. Rebaptisé "Ali Juppé", l'ancien Premier ministre a été accusé de sympathie pour les musulmans fondamentalistes tandis que Nicolas Sarkozy a été qualifié de "mini-Trump". Vous n'avez pas honte de donner de l'écho à un homme qui a fait de la prison, a été condamné à d'innombrables reprises pour diffamation, et qui est un menteur? Il nous a surpris, reconnaissait à la sortie l'ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer.

Autre signe de la nervosité ambiante: Bruno Le Maire, distancé par François Fillon dans les sondages, a vivement répliqué à une pique du journaliste Jean-Pierre Elkabbach sur sa campagne: "Je suis candidat à la primaire, ça mérite tout simplement le respect de votre part ". Dans l'entourage de François Fillon, on affirme rester totalement serein.

Jean-Frédéric Poisson s'est lui emmêlé les pinceaux en proposant que le port de l'uniforme à l'école, qui "marche très bien en Martinique et en Guadeloupe", soit aussi appliqué "en France", avant de susciter des réprobations générales en parlant du "peuple " corse.

Le plus souvent pointu, notamment sur les questions internationales, le débat a été plutôt prudent dans la forme. Comme si, maintenant qu'il a le vent dans le dos, François Fillon ne craignait plus aucune rafale. "Fera-t-il après l'élection ce qu'il avait annoncé?"

Omniprésent depuis son élection, Donald Trump s'est également immiscé dès le début de ce débat lorsque les candidats ont dû s'interroger sur la montée des populismes et la remise en cause de la mondialisation. Enfin, si Nicolas Sarkozy était battu, il serait sous la menace de la justice, puisque son nom est encore associé à plusieurs affaires, et qu'il est mis en examen dans deux dossiers.

Moyennant deux euros, tous les Français en âge de voter peuvent participer à la consultation de dimanche, à condition de signer une déclaration dans laquelle ils s'engagent à partager "les valeurs républicaines de la droite et du centre".

Quant à la connexion du mouvement de rejet d'une grande partie de l'électorat de droite vis-à-vis de Juppé face à son alliance avec les centristes et surtout François Bayrou et celui de la désaffection d'une partie de l'électorat du Centre pour Juppé qui se reporte sur Fillon, il est apporté par le sondage Opinionway cité plus haut.

Nicolas Sarkozy, qui a de nouveau joué de son statut d'ancien chef de l'Etat, s'est posé en pacificateur d'une " famille " de droite " dévastée " et marqué sa détermination à " incarner " le " nouveau départ " de la France en 2017.

Recommande: