Emmanuel Macron prêt pour 2017 : sa déclaration de candidature

18 Novembre, 2016, 05:43 | Auteur: Lynn Cook

Je sais cela. J'y suis prêt. Patron par intérim des Républicains et soutien "à titre personnel" de Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez a dépeint M. Macron en "symbole des élites mondialisées".

François Hollande s'était refusé mardi à tout commentaire sur la candidature annoncée d'Emmanuel Macron, insistant sur la cohésion et le rassemblement dont la France a besoin sous peine de décliner.

Sans les nommer, il ne les épargne pas: "Ce sont leur modèle, leur recette qui ont simplement échoué". "(.) Voter Macron, c'est faire le choix d'un nouvel emballage pour continuer plus brutalement encore la politique inefficace de François Hollande". "Face à ces défis, notre système politique est bloqué (.) J'ai vu de l'intérieur la vacuité de notre système politique qui empêche les majorités d'idées (.) J'ai pu mesurer ces derniers mois, ce qu'il en coûte de refuser les règles obsolètes et claniques d'un système politique qui est devenu le principal obstacle à la transformation de notre pays". Il rappelait que les socialistes qui soutiendront Emmanuel Macron seront exclus. C'est cette révolution démocratique à laquelle je crois (.) C'est pourquoi je veux porter l'optimisme de la volonté. "Dans quelques mois, à l'occasion de l'élection présidentielle, une opportunité nous est offerte, celle de refuser le statu-quo pour avancer".

Bruno Le Maire: "Si nous avons partout du renouvellement, du renouvellement à gauche avec Emmanuel Macron, du renouvellement chez les Verts (.) du renouvellement au Front national parce que Mme Le Pen, qui n'a jamais exercé le pouvoir, incarne aussi ce renouvellement, et que le seul parti qui ne se renouvelle pas c'est le parti de la droite et du centre, ça nous met en risque pour l'élection de 2017".

"Le président porte les valeurs de notre pays, la continuité de son Histoire, et, de manière cachée, la vigueur et la dignité d'une vie publique". Pour justifier sa candidature hors des partis traditionnels, l'ancien ministre de l'économie a également mis en avant "l'espérance" qu'il souhaite incarner, notamment auprès de la jeunesse: "Mon objectif n'est pas de rassembler la droite ou de rassembler la gauche, mais de rassembler les Français".

A quatre jours du premier tour, la primaire de la droite est bousculée par la déclaration de candidature d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, Alain Juppé est de nouveau donné vainqueur de cette primaire dans un sondage, le PS lance une campagne contre la droite. Lors du meeting de François Fillon à Lille, mercredi 9 novembre, un adhérent LR confiait qu'en cas de défaite du député de Paris à la primaire, il se tournerait vers Emmanuel Macron. L'ouvrage vient d'être terminé et devrait sortir la semaine prochaine.

Pas encore officialisé, le candidat Macron ne laissait pas la classe politique indifférente. 'La décision n'est pas totalement arrêtée', assurait son entourage ce week-end.

Recommande: