Présidentielle. Macron annonce sa candidature

17 Novembre, 2016, 07:04 | Auteur: Sandy Vega

"Quand on prend ce type de décision, avec ce qu'elle comporte de gravité (.) c'est une décision qui est mûrement réfléchie, ce n'est en aucun cas une décision qui est provisoire, oui, c'est une décision irrévocable", a expliqué l'ancien ministre de François Hollande.

Se posant en homme nouveau, l'ancien protégé du président socialiste a appelé à "sortir du statu quo " politique et des "recettes du siècle dernier " pour répondre aux défis d'un "monde en plein bouleversement ".

Les résultats de ce premier tour seront à retrouver dès 21 heures, le dimanche 20 novembre sur France 2.

Emmanuel Macron s'est défendu mercredi de contribuer, par sa candidature hors parti, à éparpiller la gauche à cinq mois de l'élection présidentielle, et a pris ses distances avec le bilan du chef de l'Etat, dont il a été le conseiller à l'Elysée pendant deux ans avant de devenir son ministre de l'Economie. "Je suis resté cohérent et libre", a assuré Emmanuel Macron. Après la gauche, la droite": "mais pour lui, "la France est sortie du progrès", elle est "bloquée par les corporatismes de tous genres".

Le fondateur d'En marche! a choisi pour se lancer un centre de formation en Seine-Saint-Denis, dans la région parisienne, auquel il avait déjà rendu visite à deux reprises. Saturé, l'espace, on vous dit.

Pour le président de Debout la France, "Emmanuel Macron incarne à merveille tout ce que le peuple américain vient de rejeter à travers les urnes: (.) l'élite déconnectée du peuple qui voit en les ouvriers des analphabètes et comme seule condition de réussite le fait de porter un costume-cravate". "Mais je veux fonder une offre politique progressiste, car le vrai clivage aujourd'hui est entre les progressistes et les conservateurs, plus qu'entre la gauche et la droite", défend-il. Il a placé sa candidature "sous le signe de l'espérance".

Le sénateur-maire du Mans (PS), Jean-Claude Boulard, qui avait accueilli Emmanuel Macron, ne cache pas son intérêt pour la démarche de l'ancien ministre de l'Economie.

14h00: Bruno Le Maire, député (Les Républicains) de l'Eure, candidat à la primaire de la droite, estime que la candidature d'Emmanuel Macron "change la donne" à gauche et "bouscule les choses" à droite.

Il réunira ensuite ses soutiens parlementaires à la mi-journée dans ses nouveaux locaux de campagne, dans le XVe arrondissement.

A droite, les uns soulignent que les Français "ne confieront pas leur destin à quelqu'un qui n'a aucune expérience", les autres qu'il ne faut pas "être naïf " face à un candidat qui se présente en "chevalier blanc " alors qu'il "a totalement cautionné la politique économique menée depuis 2012 ".

Recommande: