Emmanuel Macron annonce sa candidature à l'élection présidentielle

17 Novembre, 2016, 07:02 | Auteur: Sue Barrett
  • Emmanuel Macron- Thomas SAINT-CRICQ Jean Michel CORNU Vincent LEFAI Iris ROYER DE VERICOURT

Dans l'équipe gouvernementale de Manuel Valls pendant deux ans, Emmanuel Macron a dénoncé mercredi la "vacuité du système politique" - qu'il juge "bloqué" - et ses "règles obsolètes et claniques". Emmanuel Macron une candidature à suivre... ou pas!

Sur les différentes antennes de radio et de télévision, les critiques ont, en effet, fusé, mercredi matin, de la part de tous les bords politiques. L'annonce de candidature d'Emmanuel Macron a suscité plusieurs réactions à droite alors que des électeurs de gauche pourraient se déplacer dimanche 20 novembre pour voter. "Il y aura forcément 10% de petits candidats, Nicolas Dupont-Aignan, les écologistes, peut-être un communiste dissident".

"Je pense qu'il a pris goût à la politique", glisse en privé François Hollande. Ils veulent masquer leur propre échec en mettant en avant ma candidature.

La primaire à droite, rythmée par les sondages quotidiens annonçant l'avance puis le recul puis l'avance d'Alain Juppé sur Sarkozy, tout comme les hypothétiques candidatures à gauche au cas où Hollande ne se représenterait pas, n'avaient jusqu'ici pas de quoi enthousiasmer les Français à cinq mois de l'élection. Il va lui falloir trouver ses 500 parrainages indispensables pour concourir en 2017. Une tâche d'autant plus ardue que le PS risque de ne pas lui faciliter les choses pour obtenir ces sésames pour faire partie de la course à l'investiture suprême.

La candidature déclarée à la présidence de la République, aujourd'hui par Emmanuel Macron, avait d'ores et déjà été accueillie froidement, mardi soir, par les cadres du PS. " L'enjeu (pour 2017), c'est le rassemblement, c'est la cohésion", avait dit hier François Hollande en déplacement au Maroc. En revanche, il n'a aucun ancrage territorial, n'ayant jamais été élu.Le top départ de sa campagne donné, le désormais candidat va enchaîner les meetings, les rencontres avec les Français et les heures passées dans le TGV pour sillonner le pays.

Au fur et à mesure du décollage de sa popularité puis de son émancipation, entamée formellement le 6 avril avec le lancement de son mouvement "En Marche!" qui porte ses initiales, Emmanuel Macron, regard clair et sourire photogénique, s'est laissé gagner par la ferveur des réunions publiques, s'attardant sur scène, jouant de l'intensité de sa voix, se délectant des "Macron président!" fusant dans la salle.

Le futur candidat à l'élection présidentielle française a bien muri son idée. Le maire de Bordeaux avait estimé que l'ancien ministre de l'économie n'était " ni compétent, ni loyal ".

Les propos de l'ex Premier ministre ont fait sortir de ses gonds Gilles Savary, proche de Macron.

Face à cette quadrature du cercle, les partisans de Macron reconnaissent en privé que l'espace politique de leur poulain est réduit mais assurent qu'il existe.

Recommande: