Les résultats favorables à Trump font dévisser les marchés américains

10 Novembre, 2016, 16:47 | Auteur: Aubrey Nash

L'indice reprenait toutefois des couleurs par la suite, pour ne perdre plus que 1,25% vers 16h40.

L'indice CAC 40 a pris 66,59 points à 4.543,48 points dans un volume d'échanges de 5,7 milliards d'euros.

A la Bourse de Tokyo, l'indice vedette Nikkei avait démarré en hausse de 0,64%, faisant le pari d'une victoire de Hillary Clinton, mais il a vite changé de cap avant de carrément dévisser: il dégringolait de plus de 6% en début d'après-midi.

Aux Etats-Unis, Dow Jones, S&P et Nasdaq qui avaient tous misé sur une victoire de la candidate démocrate Hillary Clinton, ont eu le temps de digérer la victoire de Donald Trump avant l'ouverture. A contrario, la Bourse de Moscou semble avoir bien accueilli la nouvelle. "La Russie est peut être le marché émergent considéré comme devant le plus bénéficier d'une présidence de Trump, avec l'espoir qu'il pourrait assouplir les sanctions visant la Russie en 2017", a relevé Charles Robertson, économiste de la banque Renaissance Capital.

Les valeurs de l'industrie bondissaient à l'image de Thales qui atteignait des records historiques (+4,80% à 89,37 euros), tout comme BAE Systems (+4,84 à 5,74 livres) à 14H19 (13H19 GMT). La Bourse de Paris a ainsi ouvert en net recul de 2,83%, mais ne perdait plus que 1,52% à la mi-journée, contre près de 7% juste après l'ouverture qui a suivi l'annonce du vote...

"Le marché va surveiller avec beaucoup d'attention la manière dont il va mettre en place sa politique", confirmait plus tôt Alexandre Baradez, un analyste de IG France, se préparant à une "phase d'attente et d'observation".

" Le scénario d'une élection de Donald Trump est le déclencheur d'un sentiment d'aversion pour le risque à court terme " explique dans une note les stratégistes obligataires de BNP Paribas.

Hong Kong lâchait au même moment près de 3%, Sydney 2%, Shanghai 1,3% et Bombay jusqu'à 6%, affecté en outre par une annonce choc du gouvernement indien pour lutter contre l'argent noir.

Idem du côté de la Bourse de Hongkong (-3,49%) ou encore des devises et notamment du peso mexicain, apparu comme un baromètre de l'opinion des marchés ces dernières semaines quant à l'issue du scrutin présidentiel américain.

En effet, "la probabilité d'une hausse des taux d'intérêt (de la Réserve fédérale américaine) en décembre a sensiblement baissé", observaient les analystes de Société Générale, car elle est "prise en étau entre les indicateurs favorables et les incertitudes" liées à M. Trump et aux marchés.

La devise japonaise, traditionnelle monnaie-refuge, a bondi de 2,65% à 102,36 yens par dollar, alors que le Nikkei plongeait de 5,3% à la clôture.

Au cours de la campagne, Donald Trump a menacé de remettre en cause plusieurs grands accords de libre-échange multilatéraux et d'imposer des barrières douanières aux importations américaines en provenance de pays comme le Mexique ou la Chine, ce qui pourrait peser sur le commerce international et donc sur la croissance mondiale. "L'élection est cruciale non seulement pour le peso mexicain, mais aussi pour le Mexique", a commenté pour l'agence Bloomberg Juan Carlos Rodado, spécialiste de l'Amérique latine chez Natixis à New York.

Dans ce contexte, l'or, valeur refuge, s'envole de 5,4%, à 1 337 dollars l'once, contre 1 268,30 dollars en début de matinée.

Le marché de la dette se voyait pour sa part délaissé par les investisseurs: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans montait à 1,867%, contre 1,824% lundi soir.

Recommande: